trans + condition psychiatrique

Relations sociales, acceptation, coming-out...
Répondre
Avatar du membre
CHAT
Galet
Galet
Messages : 151
Enregistré le : 06 mai 2019 17:47
Localisation : Fondcombe
Situation : Trans
Genre : voyageur temporel
Pronoms : il lui

trans + condition psychiatrique

Message par CHAT » 29 mai 2020 00:05

Bonjour

J'écris ici car un élément nouveau de mon existence m'à fait me poser encore plus de questions sur ma condition.

Voilà, je suis en plein dans le moment où je fait faire mon CO officiel et commencer les démarches,mais...

Apparemment, j'ai un trouble de la rêverie compulsive. Oui oui, ça existe vraiment. Pour résumer la chose, il s'agit d'un trouble du comportement caractérisé par des séances de rêveries éveillées intenses pouvant durer plusieurs heures et plusieurs fois par jour. L'on peut observer des mouvements et expressions de l'activité imaginaire (gestes, accelerations des pas, roulement des yeux...)
Le patient sait pertinament que ces rêveries sont fausses et sais différencier le réel de l'imaginaire , mais il ne peut pas stopper ses rêveries, ce qui devient un handicap et peut causer de l'anxiété à la personne qui se sais prisonnière de ses propres rêves.

Dooonc. Il n'y à pas de traitement apparemment et ce n'est pas reconnu par la communauté psychiatrique (bien qu'il connaissent ce trouble).
Je me demandais si ma transidentité pourrait être une conséquence de tout ça ou bien une partie de mon imaginaire?
Je sais bien évidemment différencier le vrai du faux mais ça me fais quand même un peu peur...

Je crois que ça à commencé quand je me suis découvert trans, ou du moins ça à augmenter à partir de là. C'est peut-être aussi mon moyen de m'échapper de cette condition pour éviter d'avoir à confronter la réalité (non hormoné, non out, tout ça tout ça...)

Donc j'hésite à fond.

Pour ce qui est du TRC (j'ai fait un raccourci) , je suis en pleine auto cure de désintoxcication... C'est compliqué et je ne parviens généralement pas à tenir une journée entière, mais j'ai espoir que j'y parviendrais...

Mais pour ma transition?
Es-ce que je devrait continuer à avancer, commencer à m'hormoner dans l'espoir que je n'aurait plus besoin d'avoir recours à cet échappatoire et que cela facilitera cet aspect là en plus des autres, oui bien
Es-ce que je devrait attendre et vérifier que ma transidentité ne vient pas de là?

Qu'en pensez vous? Y a t-il d'autres personnes qui sont à la fois trans et rêveurs compulsifs (au sens médical du terme)? Je suis totalement perdu (mais je commence à prendre l'habitude)

Merci d'avance

couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 1867
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: trans + condition psychiatrique

Message par couss » 29 mai 2020 04:53

Si tu distingues le réel de l'imaginaire normalement tu es en mesure de savoir si ta transidentité est une conséquence ou si c'est une cause de ton trouble. Si tu hésites encore, c'est peut être parce que soit ce n'est pas le bon chemin ou que tu n'es pas encore prêt à l'entreprendre tout de suite (en ce qui concerne des étapes irréversibles en tout cas).
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

Killian5
Galet
Galet
Messages : 177
Enregistré le : 24 déc. 2019 10:03
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Prénom : Oui

Re: trans + condition psychiatrique

Message par Killian5 » 29 mai 2020 07:52

CHAT a écrit :
29 mai 2020 00:05
Es-ce que je devrait continuer à avancer, commencer à m'hormoner dans l'espoir que je n'aurait plus besoin d'avoir recours à cet échappatoire et que cela facilitera cet aspect là en plus des autres, oui bien
Es-ce que je devrait attendre et vérifier que ma transidentité ne vient pas de là?
Salut Chat, je crois qu'il n'y a que toi qui puisse répondre à cette question. Un.e psy pourra toujours te donner une réponse, mais au final c'est à toi de voir comment tu le sens.
Je n'ai pas ton trouble, mais j'ai 5 diagnostiques psys à différents degrés et je m'efforce de garder en tête que je ne vais pas être sauvé par le THS : si j'avance et suis en voie de guérison c'est parce que j'en profite pour prendre un nouveau départ. Bien sûr c'est valable pour moi, mais je crois quand même qu'il ne faut pas en attendre que ça règle tout.

Avatar du membre
CHAT
Galet
Galet
Messages : 151
Enregistré le : 06 mai 2019 17:47
Localisation : Fondcombe
Situation : Trans
Genre : voyageur temporel
Pronoms : il lui

Re: trans + condition psychiatrique

Message par CHAT » 29 mai 2020 08:59

Merci pour vos réponses
Si tu hésites encore, c'est peut être parce que soit ce n'est pas le bon chemin ou que tu n'es pas encore prêt à l'entreprendre tout de suite (en ce qui concerne des étapes irréversibles en tout cas).
Pour ce qui est du chemin, j'ai eu ma période de doute mais après m'être laissé le temps de bien y réflechir, je suis sur de ce que je souhaite et de mes besoins. Et j'étais sur le point d'entreprendre les démarches, je commençais à avancer quand ce diagnostic à fait son apparition. En fait c'est surtout parce que c'est quelque chose de nouveau, et l'on m'a souvent parlé de schyzophrénie/bipolarité et transidentité, de choses à ne pas confondre et je voulais m'assurer que ce trouble ne correspondait pas à quelque chose qui devait me stopper.
Salut Chat, je crois qu'il n'y a que toi qui puisse répondre à cette question. Un.e psy pourra toujours te donner une réponse, mais au final c'est à toi de voir comment tu le sens.
Je n'ai pas ton trouble, mais j'ai 5 diagnostiques psys à différents degrés et je m'efforce de garder en tête que je ne vais pas être sauvé par le THS : si j'avance et suis en voie de guérison c'est parce que j'en profite pour prendre un nouveau départ. Bien sûr c'est valable pour moi, mais je crois quand même qu'il ne faut pas en attendre que ça règle tout.
Bien sur, j'imagine que comme pour tout, la réponse viendra principalement de ma part...
Pour ma part, l'hormonothérapie pourrait m'aider du point de vue de ma dysphorie (assez envahissante) et peut-être de mon trouble puisqu'il est déclenché en raison d'un besoin de fuir la réalité. Bien sur, je sais que ça ne va pas tout arranger, mais ça va réduire le poids de tout cet ensemble de choses qui ont besoin d'être arrangés.

Killian5
Galet
Galet
Messages : 177
Enregistré le : 24 déc. 2019 10:03
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Prénom : Oui

Re: trans + condition psychiatrique

Message par Killian5 » 29 mai 2020 09:41

Les raisons pour lesquelles une psychose invaliderait une transidentité c'est quand cette dernière serait dû à la perte de contact avec la réalité, un délire, et que soigner le délire ferait partir la dysphorie. Toi ça ne semble pas être ton cas, tu tiens des réflexions cohérentes sur toi-même depuis plusieurs années en dehors des moments de rêveries. On peut être bipo, schizo, et trans.

couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 1867
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: trans + condition psychiatrique

Message par couss » 29 mai 2020 09:56

Ça fait un moment que tu travailles sur toi, te poses les questions et tu avances peu à peu. Je comprends ce doute de dernière minute avec le diagnostic de ce trouble. Comme l'a dit Killian, ça ne semble pas t'empêcher d'être dans le réel et d'avoir un consentement éclairé. Maintenant à toi de voir si tu veux te lancer dans l'analyse et l'apprivoisement de ce trouble avant de démarrer la transition ou si pour toi c'est en démarrant la transition que ce trouble s'apprivoisera.
En soit c'est plus trop la question de savoir si t'es trans ou pas, je trouve que tu as pas mal pris le temps pour réfléchir à tout ça. C'est plus prendre une vraie décision sur ce que tu vas traiter d'abord, sur la manière dont tu vas articuler ça.
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

Répondre