Transition, démarches, soucis, être paumé

Astuces, questionnements et conseils pour passer au masculin sans aide médicale
Avatar du membre
Shay
Gravier
Gravier
Messages : 4
Enregistré le : 04 mars 2021 00:40
Localisation : Salon-de-provence
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : il

Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par Shay » 04 mars 2021 01:03

Bonjour,
Je ne sais pas vraiment par où commencer et comme il est déjà tard (et que j'arrive suite à une poussée éclair car ma situation actuelle m'empêche de dormir en cette nuit. Je suis dans un mood où comme à mon habitude je fouille les sites lgbt même si cette fois, je saute enfin le pas en m'inscrivant pour parler.)
Pour faire court, j'ai déjà envoyé ce message sur un autre site donc je vais me contenter de le repomper pour vous exposer le tout (en adaptant bien sûr).

Je me renseigne ici et là de temps en temps sur les sites de questionnement transgenre depuis un bon moment déjà et même si je suis majeur avec mes 22 ans au compteur, je me permets quand même d'adresser cette demande d'aide.
Je suis né femme mais je ne me sens pas comme tel. C'est après avoir eu une discussion avec un ami (que je nommerais "L." pour être plus clair) (depuis il y a maintenant presque 2 ans) qui m'a demandé comment moi je me sentais au fond que j'ai réalisé que j'avais cette sensation, d'être un garçon, de vouloir être un garçon, d'envier les garçon.
Alors j'en ai parlé un peu autour de moi et certains de mes amis (dont L.) se sont mis à me genrer au masculin.

Pour être honnête, c'était plaisant. Mais depuis le temps a passé, et un autre ami (que je nommerais B. pour être plus clair aussi) chez qui je vis actuellement (car ma situation familiale est compliquée), veut me "remettre dans le droit chemin" car "je ne fais pas assez garçon" et qu'il est persuadé que je me trompe (sa petite amie, qu'on nommera E., a eu une période où elle voulait être un homme/se sentait homme, mais elle a finalement compris qu'elle se sentait bien femme et je pense que B. fait de la transposition du ressenti de sa petite-amie sur le mien), ce pourquoi il me genre au féminin volontairement (sa petite-amie aussi (E. est aussi mon amie, je l'ai rencontré avec B. pratiquement en même temps)) tandis qu'il tente de convaincre tout mon entourage d'arrêter de "m'encourager dans mes bêtises". Petit à petit donc, de plus en plus de personnes se sont mises à oublier le changement de genre et à se faire réprimander par B. quand on m'appelait "il". Et je me rends compte que ça n'a fait que provoquer l'effet inverse. Me mettre de plus en plus mal et renforcer cette sensation.

Pour être honnête, je ne suis pas quelqu'un de spécialement extraverti. Pas que je n'aime pas être avec des gens. J'ai juste toujours du mal (souvent par timidité) avec les autres (c'est surtout de la gêne, ne pas savoir quoi dire et la peur d'être ridicule qui me font rester en retrait. Et aussi, j'ai un cruel manque de confiance en moi qui n'aide pas.), et ça me fait souvent paraître "froid" de ce que l'on m'a dit. Tout comme j'ai du mal à m'exprimer sur ce que je ressens vraiment. Je n'ai même jamais parlé de mes soucis de genre à ma mère (on est toujours en contact et ce n'est pas quelqu'un d'intolérant mais j'ai peur/je n'ose pas lui en parler, car ça lui arrive d'avoir des propos déplacés ou maladroit sous le coup de l'émotion/de la colère.)
C'est aussi à cause de ce mal être et de mon manque de confiance que je ne parle pas de ce sentiment à B. qui me mégenre sciemment.
L. continue de me genre au masculin tout en m'ayant fait des remarques vis à vis de B., que si ça me dérangeait je devrais sûrement lui en parler mais, comme je vis aux crochets de B. pour le moment, j'évite de m'imposer. (et malgré tout, B. reste un ami que j'apprécie et qui compte pour moi.)

Je ne fais donc que retourner encore et encore ce mal être alors que j'entends très souvent de sa part des :
"tu es une fille", "tu ne fais pas garçon car ton corps est petit, frêle et très féminin" "ton caractère est celui d'une fille" "tu te comportes comme une fille" "tu ne peux pas comprendre les problèmes des garçons" "tu ne peux pas comprendre la façon de penser des garçons" "tu vois, c'est pour ça que tu es une fille" "vous les filles vous êtes comme ça" "tu as les cheveux trop long pour un garçon donc tu es une fille" (je ne veux pas me les couper car j'aime bien avoir les cheveux longs, c'est l'une des raisons que l'on me ressort souvent pour me dire que je ne suis pas un garçon). "Tu n'as pas envie de changer de prénom" (pour des raisons personnelles, je n'arrive pas à me dire que je devrais changer de prénom tout comme je ne trouve pas la nécessité ou les idées pour en changer... le pseudo que j'utilise n'est pas mon prénom vous devez vous en doutez) "ton prénom fait trop fille" "tu n'es pas un garçon" "tu as des goûts de fille/tu aimes des trucs de fille" "tu as des goûts trop féminin" "tu parles comme une fille" "tu écris comme une fille"
Et j'en passe d'autres. Même E., s'est mis à le suivre, à me genrer de nouveau au féminin et à me balancer des phrases du genre "tu devrais t'habiller plus au masculin" "t'as pas l'air d'un garçon" "si tu veux que j'arrête de te genrer au féminin, il va falloir que tu te coupes les cheveux.".
À la maison, E. s'excuse parfois devant B. ou moi quand elle me genre au masculin, avec des "il- ah non pardon, elle".

Je ne sais pas du tout quoi faire. Je suis totalement perdu vis à vis de cette situation. Mais je vis chez cet ami qui a énormément fait pour moi, j'ai quand même un profond respect pour lui et pour m'avoir aidé. Il est vrai que je connais très bien B. et que son comportement n'a rien d'étonnant pour moi.
Ce n'est pas quelqu'un d'intolérant, mais il est du genre très conservateur. Je connais son point de vu vis à vis des trans qui n'est pas vraiment ce qu'on peut appeler du soutient. Pour vous donner un ordre d'idée, pour lui, la solution pour aider une personne trans homme par exemple ne serait pas de lui donner de la testostérone mais au contraire des œstrogènes pour les aider à se sentir comme leur genre assigné à la naissance. Il considère aussi que ça nique la santé les traitements. C'est un point de vu auquel je n'adhère pas mais je comprends plus ou moins sa façon de penser et ne lui en veut pas d'avoir sa vision. Mais elle fait parfois mal.

C'est pourquoi j'aimerais pouvoir être indépendant (même si je suis forcé d'attendre actuellement puisque je fais des démarches de reprise d'étude en étant aidé par B.).
Mais plus que tout, je voudrais pouvoir transitionner. Pourtant, je ne sais ni comment m'y prendre, ni par où commencer, tout comme mes revenus sont très maigres... (je suis sous garantie jeune et je suis suivi par des médecins de la cmp pour d'autres raisons que la transidentité : je n'ose pas parler au service médical qui me suit de ce que je ressens vis à vis de mon genre par peur du jugement ou de ne pas être écouté/compris ou juste je n'évoque pas ça car j'ai tout un tas d'autres soucis qui font que je parle d'autre chose avec eux).

Je sais que c'est beaucoup d'informations et, je ne sais pas vraiment si je me trompe d'endroit. Mais je suis totalement perdu sur ce que je devrais faire. voilà voilà.
Pour ceux qui seront arrivés jusqu'ici je vous remercie d'avoir pris la peine de lire mon message.

John
Galet
Galet
Messages : 103
Enregistré le : 13 juin 2020 22:18
Situation : Trans
Genre : Non Binaire
Pronoms : il ou elle
Suivi psy : Oui
Prénom : Oui

Re: Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par John » 04 mars 2021 06:33

Tout d'abord, bienvenue.
Ensuite, et même si ça ne représente pas concrètement grand chose, j'espère (à titre perso mais je pense que les autres seront d'accord avec moi) que nous pourrons t'aider et te soutenir au mieux. Y'a pas mal de ressources ici et y'a aussi le lien du discord Fransgenre quelque part sur le forum et il est BLINDÉ de ressources. Je viens de me réveiller donc j'ai pas le lien sous la main désolé.e @_@
Pour ma part, je commence tout doucement à faire mon coming out (non binaire) autour de moi et je te rejoins totalement sur le point timidité/manque de confiance en soi. J'ai un gros complexe de l'imposteur qui fait que je me sens systématiquement illégitime dans tout un tas de domaine, et je comprends totalement la difficulté que représente le fait d'imposer un changement aux gens...

Mode jugement on:

Cependant, et même si je ne connais pas grand chose de ta situation, je trouve le comportement de B absolument inadmissible, et pour plein de raisons.
Tout d'abord si c'est vraiment ton ami et qu'il se soucie de ton bien être, il n'a AUCUN DROIT de demander aux autres quelconque comportement à ton sujet, d'autant plus si tu as toi même expressément demandé le contraire.
Le fait qu'il ait été là pour toi ne lui donne absolument aucun droit sur toi. La relation que tu décris m'inquiète, ça ne ressemble pas à une amitié saine mais à une situation de contrôle. Tu ne devrais pas vivre dans la peur de tout perdre, encore moins par la faute d'un "ami". C'est dur d'accepter parfois qu'on est pas avec les bonnes personnes, mais ce n'est pas parce qu'il t'a aidé que tu lui dois quoi que ce soit. A titre d'exemple, j'ai déjà hébergé ma meilleure amie pendant 3 mois, avec son chien, et je n'attends et n'attendrai absolument jamais rien en retour. Elle ne me "doit" rien. Je ne l'ai pas fait pour une quelconque rétribution.
Ensuite, en se mettant deux secondes dans les chaussures de B et en admettant son point de vue, face à quelqu'un en pleine delusion, la bonne attitude n'est pas du tout la confrontation, bien au contraire. La bonne attitude est l'accompagnement. Il ne s'agit pas de renforcer une délusion, mais un thérapeute l'accompagnerait, te ferait la regarder sous un autre angle, la comprendre pour vivre avec sans qu'elle te handicappe.

Cependant et c'est le plus important, ce que tu penses et que tu ressens t'appartient, et PERSONNE ne peut changer ça. Tu dis toi même que les opinions de ton ami son réac (en toute honnêteté je ne comprends absolument pas comment tu peux tolérer de fréquenter quelqu'un avec de telles idées mais à vrai dire ça ne me regarde pas), moi je les trouve dangereuses, déplacées et malveillantes.

Mode jugement:off

Je pense que pour ta propre santé et sécurité, tu devrais sans doute essayer de contacter une asso ou un psy trans friendly qui t'aiderait à y voir plus clair. Libérer la parole sert à se sentir plus légitime et à mieux imposer sa voix. Je te conseillerais bien aussi de te barrer de chez B asap mais je comprends à quel point ça peut être compliqué.

Dans tous les cas, bon courage à toi (et hésite pas à mp au besoin, même si bon j'ai un peu ralé dans mon post)

Edit: en relisant ton post, un autre point me saute à la figure : tu peux être un homme et ressembler à ce que tu veux. C'est quoi "ressemble à une fille", "t'exprimer comme une fille" etc? Y'a une différence entre le genre et la présentation de genre. Ils iraient dire un à mec cis maniéré qu'il est une fille? À une butch lesbienne qu'elle est un mec ? Ils les megenreraient? Bref, ça m'énerve.

Max804
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 840
Enregistré le : 22 sept. 2018 16:36
Situation : Trans
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui

Re: Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par Max804 » 04 mars 2021 07:08

Salut.
Comme le dit John:
Le fait qu'il ait été là pour toi ne lui donne aucun droit sur toi.
Quand aux jugements sur ce qui est fille et ce qui est garçon, idem... c'est quoi ces remarques?

Difficile de s'imposer dans ta situation mais en tous les cas il me semble utile que tu penses à toi, tes besoins, ce dont tu as envie et que cela te permette de gagner en assurance au moins pour toi.
Pour le reste, les aspects pratiques etc, ça viendra ensuite.
Bon courage

couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 1867
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par couss » 04 mars 2021 10:15

Ce que tu décris ressemble plus à une situation d'emprise que d'amitié saine.
Ton ami B ne connaît rien à la transidentité, donc plutôt que de te mettre des bâtons dans les roues, qu'il se taise et accepte que tu as besoin d'aide. Cette aide peut être celle d'une asso ou d'un médecin qui connaît le sujet. Ces personnes seront honnêtes, elles ne sont pas là pour te transformer en homme, elles sont là pour écouter ton ressenti et t'aider à te poser les bonnes questions. Ensuite, tu pourras voir ce qui est le mieux pour toi, la transition ou une autre voie. Mais au moins tu seras aidé par les bonnes personnes.
Dans quelle région habites-tu ?
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

Dag
Gentil Modo
Gentil Modo
Messages : 981
Enregistré le : 30 déc. 2018 18:12
Localisation : Paris
Situation : Trans
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par Dag » 04 mars 2021 10:29

Hello,

Pour commencer une transition, il serait utile que tu réfléchisses à tes objectifs sur le plan social (être genré et appelé d'une certaine façon ?), médical (THS, chirurgies ?), administratif (changement de prénom, d'état-civil?). Tu as déjà lancé quelques aspects sociaux par exemple. Tu peux essayer de te demander à quel horizon tu souhaiterais faire certaines étapes, de façon à avoir une orientation générale, un but.
Sur le plan social, te renseigner ici et ailleurs, discuter sur le forum, rencontrer des gens par le biais d'associations peut t'aider dans tes réflexions. En tout cas, il n'y a pas de "bon ordre" pour une transition, c'est à toi de définir ton rythme et de décider de ce que tu fais.

Sur le reste, je rejoins ce qu'ont dit Max et John: ton ami ne se comporte pas correctement avec toi et il semble bourré de préjugés sur les hommes et les femmes et la transidentité. Ta dépendance vis-à-vis de lui semble t'empêcher de lui répondre et de t'affirmer. Cela ne me semble pas sain et pas viable sur le long terme pour toi de rester dans cette situation, mais je comprends que ça soit difficile pour toi de partir.
Il serait sans doute utile que tu réussisses à faire comprendre à cet ami et à tes autres amis que cette situation te fait du mal.

En tout cas, ton ami dit des bêtises quand il parle des traitements médicaux et ce n'est pas un point de vue. Il n'y a pas de raison de lui donner du crédit sur ce sujet qu'il ne connaît manifestement pas:
  • Les traitements "ne niquent pas la santé". Ils comportent des risques comme tout traitement médical, mais un dosage adapté et un suivi médical approprié permettent de les gérer (on peut se "niquer la santé" en prenant trop de paracétamol). Pour te donner un ordre d'idée, la prise de testo bien gérée a pour principal risque de déplacer les facteurs de risque médicaux vers ceux des hommes cis (par exemple, les hommes cis ont des risques de maladies cardio-vasculaires que ceux des femmes cis).
  • Donner plus d'hormone correspondant à son sexe de naissance à une personne ne va pas l'aider à se sentir davantage appartenir à ce genre. Si cette personne est déjà passée par la puberté, ses caractères sexuels secondaires se sont déjà développés naturellement, ça ne changera pas grand chose physiquement. Par contre, ça peut lui causer des troubles médicaux pour le coup (comme un traitement excessif). Et le but d'une prise d'hormone dans le cadre d'une transition médicale est de modifier l'aspect de son corps, pas son cerveau

Avatar du membre
Shay
Gravier
Gravier
Messages : 4
Enregistré le : 04 mars 2021 00:40
Localisation : Salon-de-provence
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : il

Re: Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par Shay » 04 mars 2021 11:38

Hey
Tout d'abord, je vous remercie à tous de m'avoir répondu (c'était rapide xD)
je vais y aller par étape pour pas me perdre mais je peux déjà dire que vos réponses me rassurent un peu. surtout au niveau du comportement féminin.
On aurait pas dit avec le pavé que j'ai envoyé mais j'ai effectivement eu une grosse période de remise en question (pendant ces 2 ans en fait) où je me disais "mais non, je dois faire ça pour faire mon intéressant" "si ça se trouve je fais juste un rejet de moi-même, de mon corps" (chose que je me dis encore) "ou c'est parce que j'ai tous ces soucis qui me font aller au cmp que j'en viens à penser comme ça" bref, tout un tas de pensées qui ont tendance à m'auto-descendre tandis qu'à contrario, je ne regarde même plus mon corps ou je fais tout pour ne pas le faire parce que je réalise à chaque fois "que je suis une fille".

Cependant, j'ai vraiment l'impression depuis ces quelques semaines que ça se renforce, ce sentiment de vouloir être vu comme un garçon. D'en être un.


John : Merci à toi ^^
et c'est noté pour les liens, je chercherais sur le fofo.
mais je vois où tu veux en venir pour le côté imposteur. De même que de mon côté, je n'ai tendance à juste... ben rien dire en fait. Quand je suis dans la rue et qu'un(e) inconnu(e) me genre au féminin (même si au fond, je me dis merde ça pique, j'aimerais que ça change), ben j'en veux pas à ces personnes, je ne les connais pas, je ne les reverrais pas donc je me dis que c'est pas la peine, que je ne veux pas imposer les choses aux gens ou déranger les gens et je laisse passer.

Pour ce qui est de B., disons qu'on a un lien assez peu commun. Comme c'est un très bon ami et que j'ai une situation assez compliquée : autant être direct pour poser les bases sur comment on en est arrivé là.
J'ai pas commencé dans la vie avec le mode "facile" en terme de famille et de lieu de vie. Je passerai vaguement dessus (parce que j'y travaille encore avec mon cmp), mais je suis issu d'un milieu plus ou moins précaire : famille nombreuse pas bien friqué parquée dans une cité avec une mère handicapée et un géniteur violent (moralement et physiquement), ça + le harcèlement scolaire que j'ai vécu, j'ai vraiment eu le tiercé gagnant niveau malchance en terme de départ dans la vie.
Bref, c'est B. qui m'a repêché deux ans après le divorce de ma mère. Je le connaissais bien, et c'est parce qu'il connaît ma situation qu'en me repêchant, il s'est mis à essayer de compenser le manque d'affection parentale que j'ai eu (et donc jouer plus ou moins les darons parfois).
Ceci étant, je dois reconnaître que je me sens effectivement ignoré. Et que la situation stagne parce que je ne parle de rien. Je ne sais pas comment briser la glace et reparler du sujet mais je n'ai aussi pas envie qu'on me remette ma féminité sous le nez si il devait y avoir débat (bien que je n'ai aucunement envie de débattre là-dessus).
Pour ce qui sont de ses opinions, pour la plupart réac, c'est quelqu'un de bien mais il est juste bourré de contradiction et très buté quand il a une idée en tête (au départ il me genrait parfois au masculin d'ailleurs).
Mais oui, du au fait que je vis chez lui actuellement et à ses crochets, je me sens dans ce genre de situation où je n'ose pas remettre en cause les choses.

Pour ce qui est de l'assos ou du psy trans friendly, c'est aussi parce que je crois que dans le coin yen a pas des masses que je suis paumé sur la marche à suivre ><

(ton edit m'a un peu rassuré là-dessus, parce qu'à chaque fois qu'on me fait la remarque ou que je me rends compte que j'ai l'air trop féminin, ça me fait de plus en plus l'effet de rejet, comme si je me leurrais, que j'étais pas légitime. Mais j'ai d'autres amis, dont certains qui agissent de manière très féminine parfois et ça me faisait mal parce que je me demandais pourquoi eux étaient des garçons et pas moi dans ce cas.)



Max804 : Hm... au moins ça me permet d'avoir les idées plus claires vis à vis de ça. Comme dit à John, c'est depuis toujours ce "je fais trop fille donc je ne suis pas un garçon" qui me fait me sentir mal. Au point où j'assume de moins en moins quand on me pointe des traits féminins et je me braque en me faisant oublier. (en ne disant plus rien et en restant en retrait.)
"Est-ce qu'on est forcé d'avoir les cheveux courts et de vouloir changer de prénom pour être un garçon trans", c'est aussi ce genre de questions qui m'ont trottés dans la tête à force.
sinon merci à toi pour ta réponse, c'est effectivement ce sur quoi je me concentre ces temps-ci (tout du moins essaie).


couss : Normalement, ça ne devrait pas être une situation d'emprise, c'est surtout moi qui m'écrase parce que je vis ici grâce à lui même si B. et E. m'ont parfois dit de le dire quand quelque chose allait pas. Je ne le fais pas justement à cause de ce simple fait : je vis à leurs crochets et je veux être le moins contrariant possible.
Et visiblement, en faisant ça, j'accumule beaucoup la frustration.
Pour ce qui est de contacter des personnes, je suis plutôt perdu vis à vis de ça car je vis dans les Bouches-du-Rhône actuellement (plus précisément Salon-de-Provence)
Mais j'aurais moyen ce mois-ci d'aller temporairement chez un ami sur Grenoble pour faire des démarches de prospection (temporairement vu que je resterai pas plus de 2-3 semaines je pense).




Dag : ben, à force de réflexion, et d'avoir été genré au masculin, le fait qu'on me genre au féminin fait revenir en force le sentiment du ça fait mal et ça va mal, je veux que ça change.
À côté de ça, ces deux ans de réflexion ont renforcé ce mal être et cette envie profonde de transitionner : ne serait-ce que pour voir si ça me fait me sentir mieux ou si au contraire ça me fait découvrir que non.
Après, j'ai effectivement des peurs vis à vis de ça. Qu'est-ce que ça va donner ? Est-ce que ça va me rendre heureux ? Est-ce que je vais regretter après ? La peur que ça se voit et d'être discriminé (en étant honnête, actuellement, les trans sont toujours pas spécialement bien vu et ça aussi ça me fait peur).
La peur de ne pas se plaire en étant garçon aussi. (J'ai vu ce genre de post sur les réseaux sociaux où des gens avaient peur de découvrir que leur vrai genre serait moche par exemple et je m'y reconnais un peu dans ces gens qui se disent "autant ne pas prendre de risque et rester dans son corps de naissance qui est okay physiquement" bien qu'on ne fasse qu'enfouir le problème).
Oui, j'ai envie de faire un essai, mais je ne sais pas comment (comme je le disais précédemment, mes revenus sont pas bien fou également, je touche actuellement la garantie jeune et j'en reverse une petite partie à B. pour faire une sorte de loyer par exemple tout comme je dois mettre de côté pour les études).

Pour ce qui est de mon ami, oui il est effectivement rempli de préjugés (après, il est un peu vieux jeu aussi).

Ah ben écoutes, si ça ne fait que switch les risques féminin et masculin, ce n'est effectivement pas vraiment "niquer la santé". Hm, ça me rassure un peu plus sur les traitements.

John
Galet
Galet
Messages : 103
Enregistré le : 13 juin 2020 22:18
Situation : Trans
Genre : Non Binaire
Pronoms : il ou elle
Suivi psy : Oui
Prénom : Oui

Re: Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par John » 04 mars 2021 13:00

Tu pourrais prendre le temps d'écrire une lettre pour bien poser tes mots, pour expliquer à B ce que tu ressens sans le froisser. Lui faire comprendre que tu lui es infiniment reconnaissant pour son aide et son soutien, et que tu sais que tu n'es pas encore stable ni même sûr de toi mais que tu es en souffrance et que pour le moment en tout cas, tu as besoin qu'il respecte tes demandes pour pouvoir avancer.

Pour en revenir à cette histoire de féminité, moi j'adore les motifs à petites fleurs et les couleurs pastels. J'ai acheté dans une boutique homme un t shirt blanc à petites fleurs bleues et je le kiffe de fou, et je me sens jamais aussi homme que quand je le porte. 🤷

Dag
Gentil Modo
Gentil Modo
Messages : 981
Enregistré le : 30 déc. 2018 18:12
Localisation : Paris
Situation : Trans
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par Dag » 04 mars 2021 13:54

Shay a écrit :
04 mars 2021 11:38
Pour ce qui est de contacter des personnes, je suis plutôt perdu vis à vis de ça car je vis dans les Bouches-du-Rhône actuellement (plus précisément Salon-de-Provence)
Mais j'aurais moyen ce mois-ci d'aller temporairement chez un ami sur Grenoble pour faire des démarches de prospection (temporairement vu que je resterai pas plus de 2-3 semaines je pense).
Il y a une asso d'autosupport trans à Grenoble. A Salon, je ne sais pas.
Certaines associations font aussi des rencontres en distanciel en ce moment (Outrans par exemple).
Shay a écrit :
04 mars 2021 11:38
ben, à force de réflexion, et d'avoir été genré au masculin, le fait qu'on me genre au féminin fait revenir en force le sentiment du ça fait mal et ça va mal, je veux que ça change.
À côté de ça, ces deux ans de réflexion ont renforcé ce mal être et cette envie profonde de transitionner : ne serait-ce que pour voir si ça me fait me sentir mieux ou si au contraire ça me fait découvrir que non.
Après, j'ai effectivement des peurs vis à vis de ça. Qu'est-ce que ça va donner ? Est-ce que ça va me rendre heureux ? Est-ce que je vais regretter après ? La peur que ça se voit et d'être discriminé (en étant honnête, actuellement, les trans sont toujours pas spécialement bien vu et ça aussi ça me fait peur).
La peur de ne pas se plaire en étant garçon aussi. (J'ai vu ce genre de post sur les réseaux sociaux où des gens avaient peur de découvrir que leur vrai genre serait moche par exemple et je m'y reconnais un peu dans ces gens qui se disent "autant ne pas prendre de risque et rester dans son corps de naissance qui est okay physiquement" bien qu'on ne fasse qu'enfouir le problème).
Oui, j'ai envie de faire un essai, mais je ne sais pas comment (comme je le disais précédemment, mes revenus sont pas bien fou également, je touche actuellement la garantie jeune et j'en reverse une petite partie à B. pour faire une sorte de loyer par exemple tout comme je dois mettre de côté pour les études).
Pour tout ce qui est social, en dehors du fait que tu peux avoir le problème de ne pas être soutenu par tes proches, tu peux te lancer comme tu le souhaites. Te faire genrer au masculin ici et dans certains cercles, te faire appeler par un autre prénom sur tu le souhaites, changer de vêtements et de coupe de cheveux si tu le souhaites.Tu peux commencer par faire des essais par petites touches dans certains cercles pour voir si cela te convient, si tu te plais davantage ou à l'inverse revenir en arrière si ça ne te plaît pas. En tout cas, c'est normal de douter et de s'inquiéter des conséquences. Faire une transition a un impact important sur ta vie, donc c'est bien de se poser les bonnes questions avant de se lancer.
Tu peux lire des parcours sur le forum, ça peut t'aider à voir comment certains ont géré leurs difficultés et leurs questionnements divers, leurs essais...

Côté médical, si le problème est le manque de moyens financiers, sache qu'il est possible qu'une large partie de la transition médicale soit prise en charge par la sécu sans que tu aies à sortir d'argent, deux exemples:
- En passant par un parcours dans un hôpital public, le défaut principal étant les contraintes des protocoles peu souples et pas toujours adaptés, en particulier aux personnes non-binaires, l'impossibilité de choisir ses médecins et les délais
- En demandant une ALD (Affection Longue Durée) 31 auprès de ton médecin traitant. Tu pourras trouver des informations sur l'ALD dans la section du forum sur les remboursements sécu.
Par contre, il faudrait que tu détermines ce que tu souhaites faire: veux-tu débuter un traitement hormonal ? Es-tu à la recherche d'un suivi psy sur le long terme ? Envisages-tu une opération ?

Avatar du membre
Shay
Gravier
Gravier
Messages : 4
Enregistré le : 04 mars 2021 00:40
Localisation : Salon-de-provence
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : il

Re: Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par Shay » 04 mars 2021 15:09

John : Après réflexion, je pense qu'opter pour la lettre est une bonne option (vu mon peu d'aisance du côté relationnel, ce sera peut être plus simple par écrit). Je réfléchis encore sur la lettre et je ne sais pas comment je vais lui donner, mais je vais essayer de faire ça.

Et pour l'anecdote du tee-shirt, pas mal xD
au moins je me sens moins seul vis à vis de ce genre de chose xD

Dag : Je me renseignerai quand je passerai sur Grenoble dans ce cas °° (et c'est noté pour Outrans, je me renseignerai de ce côté aussi)

(Pour le questionnement, oui j'ai un peu zieuté le forum et ça me rassure par certains côtés même si ya toujours cette peur parfois qui revient, d'autant qu'avec mes démarches de reprise d'étude ça me met dans une peur également vis à vis de comment ça se passera si je fais des procédures de transition en même temps)

Pour ce qui est de se faire genrer au masculin, certains amis le font (je les en remercie). Et je n'ai pas encore discuté du sujet avec ma famille et surtout ma mère : je préfèrerai lui annoncer face à face de vive voix mais elle est en normandie et moi dans le sud donc -_- je sais pas trop comment lui annoncer pour marquer le coup. De même pour ma famille, je saurais pas du tout comment m'y prendre. Et je pense que ce serait important de leur en parler avant de commencer des démarches (vu que bon, une transition ça se voit... et je me vois mal débarquer comme une fleur bien après tout ça )

Pour le reste, je commence petit à petit à voir ce que je peux faire vestimentairement parlant. Autant je veux garder mes cheveux longs (oui, j'ai un truc avec les cheveux longs) et je ne sais pas si j'ai envie de changer de prénom (j'y réfléchi encore), autant j'ai depuis un bon moment les yeux qui brillent devant des vêtements masculins. J'aimerais en avoir et en porter (j'ai jamais été aussi heureux quand un pote m'a refilé ses anciennes chemises et certains de ses vêtements). Mais avec le budget, c'est compliqué : j'ai juste quelques sous vêtements (pas de binder). Même si ça m'a l'air compliqué de se procurer des fringues à ma taille. Comme j'ai dit : je suis petit 1m60 (parfois ça me met 1m59 quand on me mesure, je dois être dans un entre-deux) et les pantalons et haut masculins ont de longues manches... (ou j'ose pas entrer dans des magasins pour homme). Et quant à ma pointure, ben du 39 ça se trouve pas partout.

Du côté médical, j'aimerais débuter un traitement hormonal, pour ce qui est des opérations j'y réfléchi aussi (mais ma poitrine me gêne et je voudrais à terme ne plus en avoir)
du coup, je n'ai pas encore de médecin traitant ni de complémentaire santé mais si ya une section sur ça °°

John
Galet
Galet
Messages : 103
Enregistré le : 13 juin 2020 22:18
Situation : Trans
Genre : Non Binaire
Pronoms : il ou elle
Suivi psy : Oui
Prénom : Oui

Re: Transition, démarches, soucis, être paumé

Message par John » 04 mars 2021 16:40

Pour les fringues ça peut être pas mal un magasin mixte, moi j'ai acheté beaucoup de fringues à C&A et à Primark, et tu peux aussi aller dans des friperies éventuellement, en plus souvent les gens y vont pour se costumer donc peu de chances de te faire juger.
Pour les chaussures les marques de sport font beaucoup d'unisexe, moi je passe pas mal de temps sur vente- privée (je fais du 38-39) et sinon je regarde aux rayons enfant.

Répondre