réflexions à la sortie du déni

Astuces, questionnements et conseils pour passer au masculin sans aide médicale
Répondre
esprit_shonen
Gravier
Gravier
Messages : 6
Enregistré le : 27 nov. 2020 18:41
Localisation : idf
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : il

réflexions à la sortie du déni

Message par esprit_shonen » 11 janv. 2021 17:30

Bonjour

Je suis sorti du déni il y a quelques temps, et je voulais partager quelques réflexions... (peut-être un peu stupide parfois ^^')

J'ai tellement de peine de ne pas pouvoir être une femme, et en même temps, de ne pas me sentir à la hauteur pour être une homme... On m'a si souvent ramené à l'idée que j'étais une fille, quoi que je fasse, en bien ou en mal, on me ramenait à mon genre assigné. (une exception près, mon père qui me disait que je n'étais pas une vraie fille vu que j'aimais pas le shopping... ça me faisait un peu plaisir, même si c'est hyper sexiste -_-'). Alors que quand j'écoute les hommes cis, j'ai l'impression que même pour eux la reconnaissance de leur genre se gagne, que leur masculinité peu être remise en cause pour tout et rien, que les critères pour être un homme sont inhumains et les possibilités d'expression finalement assez restreintes.
Peut-être que je me servais du fait d'être assigné fille pour me planquer ? Cette impression d'être un intrus dans le vestiaire des meufs, je me demandais comment ça se passe chez les mecs... en sachant que je n'aurais pas eu ma place là bas mais aussi en me demandant si c'était plus dur de l'autre côté.

Il y avait aussi les interdits, même si côté vestimentaire je n'ai jamais pu être libre à titre personnel (je pouvais pas m'habiller en mec, pas d'interdiction formelle mais du gaslighting et manipulation...), je me rend compte que globalement côté afab, on a l'accès côté culturel un peu plus large, c'est plus honteux pour un mec d'aller vers des trucs de meufs (même si ça change un peu avec les zoomers j'ai l'impression).
Mes parents se sont beaucoup projeté sur moi (même abusivement pour ma mère) et ont vraiment associé mon avenir avec le fait d'être une femme.

Les mecs trans disent souvent qu'ils voudraient être cis, mais en parcourant le forum, je me rends compte que je suis pas le seul à me dire que j'aurais préféré être une femme. Au moins un peu ( je m'étais dis que j'étais gender fluid pendant une période, mais c'était juste le déni)... Je sais pas, j'ai l'impression que c'est ce qu'on attendait de moi, que ça aurait été plus juste de réussir en tant que femme T-T je me suis déçu en fait. Où en tout cas j'ai l'impression d'être décevant.

Je veux pas me voir comme un mec féminin comme c'est le cas pour d'autres, mais je suis clairement efféminé (et j'ai pas vraiment d'espace pour changer pour l'instant, au placard:/). Ça fait mal de l'admettre. J'ai l'impression d'avoir plein de travail à rattraper parce que je me suis toujours planqué dans le déni pour pas avoir à faire face à tous ça. J'essaie de m'intéresser à des choses plus masculines, des groupes sur le net, des lectures, etc, mais le manque de perspective afab me gène souvent. Parfois je me dis que c'est justement ce que j'ai à apporté ? En même temps reste que j'ai toujours cet impression d'insuffisance de mon côté masculin, (que j'ai fais taire et )dans lequel je n'ai pas mis d'énergie pendant longtemps.
Gros syndrome de l'imposteur du coup.

Évidement, je suis très frustré de ne pas pouvoir transitionné, je reste au placard jusqu'à réussir à prendre en indépendance ou bien jusqu'au pétage de câbles. Le covid n'aide pas... U_U' vu que les groupes de partages sont en visio conférence, j'ai trop peur qu'on m'entende.

Apeiron
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 488
Enregistré le : 24 oct. 2017 08:53
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : M
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
État civil : Oui

Re: réflexions à la sortie du déni

Message par Apeiron » 11 janv. 2021 21:22

Bonsoir,
Merci pour ton message très intéressant. Je me reconnais pas mal dans ton témoignage.
Il est vrai que c'est mystérieux cette impossibilité à "incarner" son sexe d'origine (mais elle est tellement puissante cette impossibilité -_-)
Je suis comme toi, assez inconfortable avec un sentiment d'entre-deux mais plutôt subi d'un point de vue physique pour ma part : je me suis toujours dit que je vivrais mieux ma transidentité si j'avais un meilleur cispassing avec un physique plus passe-partout pour un mec : une plus grande taille et les traits du visage moins fins.
Comme tu dis, on est bien obligé de faire avec ce que l'on est : apporter ce que l'on a à apporter et il n'y a pas vraiment de remède miracle.
Moi je vois la transition davantage comme un "rétablissement d'un peu d'équilibre" que comme une solution miracle, ça m'aide à rester réaliste et à ne pas la vivre comme un échec.

esprit_shonen
Gravier
Gravier
Messages : 6
Enregistré le : 27 nov. 2020 18:41
Localisation : idf
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : il

Re: réflexions à la sortie du déni

Message par esprit_shonen » 11 janv. 2021 23:07

merci pour ta réponse @Apeiron!

Oui, je vois ce que tu veux dire sur le physique aussi... pour ma part, j'ai « enregistrer » dans mon esprit l'idée qu'on pouvait être un mec petit et cool... ça à commencer au collège ou il y avait un gars vraiment petit (mais pas nain enfin je crois pas), il faisait des arts martiaux, personne ne le saoulait à ma connaissance, il était cool et sociable... et puis j'ai mis un point d'honneur à prendre en note à chaque fois que je voyais un mec petit être globalement respecté pour ses qualités... et puis bien sûr il y a les mangas pour moi :? (lovely complex, seven deadly sin...)

Bref, j'essaie de sauver ma petite taille avec de la représentation positive depuis bien avant de savoir que je suis trans... mais maintenant que j'ai compris, c'est plus dur de ne pas me faire la remarque que je suis pas assez grand.

Après, j'ai quand même quasi pas de poitrine donc pas besoin de binder (j'utilise juste un débardeur plié en trois), et puis fine moustache et poils au menton. De ce point de vu je comprends que j'ai beaucoup de chance.

Je vois que plus je laisse de place au fait d'être trans, plus ma dysphorie se développe, ou plutôt se conscientise... je ne sais pas du tout ce que je veux faire niveau transition physique. Au lycée je voulais me débarrasser complètement de ma poitrine (et je ne veux pas de poitrine dans l'absolu c'est sûr!!) c'est juste que... niveau enfant, je sais pas trop comment ça va se passer pour moi... Pareil pour les hormones, au début je me disais que ce serait bien d'essayer sans, que je pourrais commencer par modifier ma voix par de l'entrainement. Mais je sais pas si je vais pas vite fait changer d'avis là dessus... ça m'inquiète de changer mon corps, mais si je ne le fait pas, je sais pas si j'arriverais à être pris au sérieux...ni même, à me prendre au sérieux...

Quand je me regarde dans le miroir, je me dis juste : oui, c'est le concept, t'es trans. Un homme, trans. Ça me rassure un peu (je sais pas si c'est très clair ^^'). Mais je sais pas jusqu'où ça va tenir.

Répondre