Qui suis-je, où vais-je ?

Astuces, questionnements et conseils pour passer au masculin sans aide médicale
carolanie01
Gravier
Gravier
Messages : 6
Enregistré le : 30 mai 2019 19:42
Localisation : Quelque part au Québec
Situation : En questionnement
Genre : En questionnement
Pronoms : Caleb

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par carolanie01 » 01 juin 2019 05:54

Je m'immisce peut-être dans cette conversation, mais je me lance. :roll: Je suis également en questionnement, et la réponse aux deux questions est oui et oui. (la suite pourrait vous paraître exécrable et ne pas donner envie de répondre, mais j'apprécierais énormément)

Pendant longtemps, j'ai pensé que si je le pouvais, je ferais le switch* sans hésiter (et alors je n'avais aucune idée de l'existence des trans). Depuis 10 ans, j'ai un chum (petit ami) et j'essaie fort d'apprendre à m'aimer en tant que femme.

Malgré tout, j'aurais aimé naître différemment. Ça aurait été tellement plus simple. Cependant... Je me demande si cela fait moi un trans ou plutôt quelqu'un d’extrêmement féministe dans l'âme, avec un mal de vivre du à l'image de la femme, ce qu'on attend d'elle en société et/ou du fait que je n'arrive pas à m’identifier aux stéréotypes véhiculés? Pour moi, et loin de moi le désire d'être offensent.e. , être une femme... he bien c'est de la merde... Il y a une infinité de raisons pour démontrer que naître femme est merdique à travers le globe et même dans nos sociétés dites civilisées* . Je ne crois pas qu'il est nécessaire de préciser toutes les inégalités, les attentes (que ce soit enfanter ou les standards élevés de beauté), l’oppressions, le sexisme dont elles sont victimes. Sans parler, d'un point de vue physique, d'un corps généralement moins puissant, des seins encombrants, cette faiblesse une fois menstrué/enceinte qui font d'elles une cible facile pour tous les détraquer avec un tant soit peu de force.

Alors est-ce que je me leurre lorsque je me plais à penser que j'arrêterais de maudire mon genre, de me maudire, si j'étais homme? Suis-je quelqu'un qui aimerait devenir* homme, plutôt que de l'être* réellement? Voudrais-je transisitionner pour les bonnes raisons? Bien entendu, lorsque je remonte à ma petite enfance, j'ai de nombreux indices qui m'incitent à croire que oui (et même maintenant) mais, et si je me me trompais en mélangeant tout? Serais-je heureux.se avec moi-même si on était dans un monde égalitaire où la société me ficherait la paix sur comment j'entend de vivre ma vie au travers de mon corps? :mur:

Pardonnez-moi si mes propres incertitudes s’approprient cet espace (advenant que personne ne réponde à ce message ou qu'il soit jugé inapproprié, j'écrirai peut-être un topic à ce sujet précis.)

Enfin bref, je reformule mon idée pour rendre ça un minimum clair...
Comment savoir si on répond oui, à ces deux questions, et sans hésitation... si ce n'est pas plutôt à cause d'une mentalité féministe révolté? :hum: Un mal être qui réside non pas dans le fait de ne pas être homme et perçu comme tel, mais de ne pas être perçus comme l'égale de l'homme malgré ses différences?

Avatar du membre
Ruru
Caillou
Caillou
Messages : 89
Enregistré le : 07 avr. 2019 17:06
Localisation : Fontainebleau
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par Ruru » 01 juin 2019 12:29

Je ne trouve pas ton post inapproprié, il dénonce juste l'image de la femme telle que la société tente de nous l'imposer, pas ton avis personnel (c'est mal tourné mais on se comprend j'espère :p).

Je m'étais déjà posé cette question, pas pour remettre en doute mon identité ressentie, mais plus en tant que remise en cause de certains comportements que j'ai eu dans ma jeunesse.
Par exemple le fait que j'adorais les compliments dit "masculins" et être associé à un garçon : est-ce que ce n'étais pas juste parce que, du point de vue de tout le monde (ce qu'on veut nous faire croire et ce depuis l'enfance), être une fille "c'est nul" ?
Ceci dit c'était juste pour remettre en cause ces soit disant "indices" de ma transitude, et il y en a d'autres à côté qui me semblent avoir aucun rapport avec l'image de la femme. Mais je ne saurais pas l'expliquer...
Disons qu'il y a une vraie attirance vers le masculin, sans que ce soit juste une conséquence du rejet du féminin. Faudrait développer mais il fait trop chaud pour ça !
Après on retombe sur la question de "si les genres n'existaient pas, est-ce qu'il y aurait des personnes trans ?"

carolanie01
Gravier
Gravier
Messages : 6
Enregistré le : 30 mai 2019 19:42
Localisation : Quelque part au Québec
Situation : En questionnement
Genre : En questionnement
Pronoms : Caleb

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par carolanie01 » 01 juin 2019 21:46

Ouff je suis vraiment soulagé de voir que je ne suis pas le.a seul.e. (et qu'on est répondu à mon message!!)

C'est en effet une matière d'un débat que je serais incapable de tenir x')

Ce qui me soulage moins est que j'ai peur de piéger mon cerveau et d'essayer de remettre en cause les indices un peu comme toi =/ . Ou en cause le pourquoi j'étais comme si.. et comme ça alors que j'y connaissais rien.. pourquoi je ne me suis jamais senti fille... Maintenant que je m'y connais et que je me surprend à envier un trans finissant sa transition, je me demande si c'est un prétexte.

Après tout, s'il y a une chose qui est pire que d'être une femme, c'est bien s'avouer qu'on arrivera jamais à s'accepter et qu'on risque de perdre ce qui nous est cher en allant de l'avant... Un coming out, une transition, ça fou le bordel dans une vie...

Cela fait quelques années que je me tiens informé, et je ne souhaite à personne d'en arriver à devoir transitionner, surtout socialement.

Je me suis toujours considéré.e chanceux.se, j'ai absolument tout pour être heureux.se. Pourtant c'est comme un rêve permanent, comme si j'arrivais pas à vivre malgré toute la chance que j'ai.

Enfin, je ne veux pas étaler mes idée noires et parler trop de moi sur le poste d'un autre.

Répondre