Conséquences compression trop forte de la poitrine

Astuces, questionnements et conseils pour passer au masculin sans aide médicale
P3RP73XU5
Caillou
Caillou
Messages : 87
Enregistré le : 08 mars 2018 17:33
Localisation : RAIATEA, Polynésie-Française
Situation : Trans
Genre : Non binaire
Pronoms : il _ iel

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par P3RP73XU5 » 12 juil. 2018 16:10

Bonjour Ange, je suis vraiment désolé que la situation est empirée... J'espère de tout coeur que se n'est rien de grave et que tu gueriras au plus vite...
En ce qui concerne ce sentiment d'être déformé tu n'est pas le seul. Rejetter les personnes qui m'entourent dans ces moments là m'arrive très souvent. Je sais se que ça fait de se sentir impuissant et de rejetter ce corp qui nous enferme...
Courage!!!
Prends énormément soin de toi...

Avatar du membre
MorganCG
Galet
Galet
Messages : 129
Enregistré le : 14 avr. 2018 13:44
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
Contact :

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par MorganCG » 12 juil. 2018 19:55

Je suis vraiment désolé que la situation est empiré, j'espère qu'un médecin pourra te soulager et que ce n'est pas grave.

Par contre sache que tu peux te faire opérer gratuitement. Bon il y a toujours la peur de l’opération qu'il faut franchir...

Avatar du membre
Ange1818
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 484
Enregistré le : 27 mai 2018 19:33
Localisation : Champagne-Ardenne
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par Ange1818 » 14 juil. 2018 08:31

Merci à vous deux pour vos encouragements. :-) Je me sens assez seul en ce moment donc ça me fait du bien. J'ai commencé un peu à regarder sous quelles conditions une opération pourrait être gratuite et j'ai encore pas mal de choses à voir, mais j'admets que le parcours soi-disant "officiel" me rebute plutôt… Enfin, si je n'ai pas le choix…

Donc au final, j'ai été voir le médecin et c'est plutôt rassurant. J'ai dû me coincer des nerfs au niveau des côtes à force de compresser, donc j'ai une crème à mettre. Le médecin m'a bien sermonné pour l'état dans lequel j'ai réussi à me mettre, il n'en revenait pas que j'aie réussi à me faire ça avec des brassières. J'ai encore la marque des brassières sur les épaules alors que je ne les porte plus depuis des jours, donc j'ai vraiment forcé en pensant pouvoir endurer et je ne me suis vraiment pas rendu compte que ça allait trop loin. Je n'ai pas apprécié du tout le : "Tu dois accepter ta féminité !", mais je n'ai rien pu rétorquer comme je ne suis pas out. Un calvaire…
Et pour la petite masse, j'ai une échographie à passer même si normalement, ce n'est rien de grave. Ce ne sera pas une partie de plaisir, mais ces examens ne sont rien du tout face à ce que je ressens quand je dois vivre comme si de rien n'était alors que je suis dans un état de déprime noire. Se promener dehors avec juste des bandeaux pour dissimuler ce qui peut l'être m'humilie. Je n'arrive même pas à garder la tête haute, et je marche constamment voûté et à me maintenir de mes bras comme je peux chez moi, mais ça ne suffit pas, évidemment. Ma déprime a fini par m'attirer les foudres de ma mère qui s'acharne sur moi parce que je ne sais pas être heureux et que ça l'excède, d'autant plus qu'elle ne comprend pas le moins ma détresse et dit "que je fais d'une petite masse un cancer" alors que je lui ai expliqué combien la situation était difficile et pas pour des raisons purement médicales, pour le mal-être que ça occasionne. Donc je passe mes journées à pleurer parce que je suis assailli de reproches, comme si mon corps ne se suffisait pas à lui seul…

Je dois me consoler avec l'idée que tout devrait rentrer dans l'ordre. Je n'ai plus qu'à attendre que tout se remette vraiment bien, à laisser du temps à mon corps pour se réparer, et à ce moment-là, je n'aurai plus qu'à utiliser un binder avec une grande modération pour ne pas reproduire mes erreurs, en renonçant à mettre quoi que ce soit la nuit puisque c'est là qu'il est le plus facile de tenir. La chirurgie du torse me terrifie, j'en ai fait des cauchemars toute la nuit, mais je pense que mon parcours débouchera là-dessus tôt ou tard. Ce n'est pas pour tout de suite, de toute façon. J'ai besoin d'encore bien me renseigner, d'avoir toutes les données en tête, et parler de tout ça en détail à mon psychiatre pour qu'il constate l'ampleur de la situation.

Je vous tiens au courant pour le résultat de l'échographie. :-) Au moins que je puisse servir d'exemple.

Avatar du membre
MorganCG
Galet
Galet
Messages : 129
Enregistré le : 14 avr. 2018 13:44
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
Contact :

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par MorganCG » 14 juil. 2018 11:11

Tout d’abords je te fais un gros câlin de soutient, sache que je suis là si tu as besoin de parler...

Sinon pour que l’opération soit gratuite tu n'est pas obliger de passer par l'équipe "officiel". Il te faut soit une mutuelle, soit l'ald. Ensuite une attestation d'un psychiatre comme quoi tu n'est pas atteint de trouble mentaux mais de dysphorie (c'est juste pour que le chirurgiens se couvre c'est dégelasse mais pas trop le choix pour pas se compliquer la vie). Et ensuite certain chirurgien opère sans testostérone et s'il tu en choisis un qui ne pratiquement pas de dépassement d'honoraire, et bien c'est gratuit :)

Avatar du membre
Ange1818
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 484
Enregistré le : 27 mai 2018 19:33
Localisation : Champagne-Ardenne
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par Ange1818 » 15 juil. 2018 17:12

Merci pour vos messages, ça fait chaud au cœur !

Je ne savais pas du tout que certains chirurgiens ne pratiquaient pas de dépassement d'honoraires pour ce genre d'opérations ! Ça m'aidera à réfléchir parce que l'aspect financier me préoccupait pas mal.

Tant mieux s'il est possible de ne pas avoir trop souffrir si c'est bien géré. J'ai surtout peur de la douleur que pourrait causer l'intubation au réveil, d'être incapable de m'occuper de moi dans les jours à venir, des complications possibles bien sûr, des drains, des points de suture à retirer et aussi de devoir être entaillé au niveau du sang qui s'accumulerait après l'opération sous la peau… Ça fait beaucoup d'appréhensions, alors je dois apprendre un peu à gérer tout ça, mais ce que tu me dis, Décembre, est rassurant. Je n'hésiterai pas pour les MP, merci. :-)

À part ça, la douleur est pire depuis hier soir, je cherche des positions mais j'ai l'impression que l'on m'enfonce des bâtons dans la cage thoracique et autant dire que c'est tout sauf agréable. J'espère que le médecin ne s'est pas trompé et que le traitement finira par agir ! J'ai l'impression d'être malade tant je suis fatigué et ne peux rien faire. Mais bon, j'ai envie de croire que tout ça n'est que passager et que tout finira par aller mieux !

Avatar du membre
MorganCG
Galet
Galet
Messages : 129
Enregistré le : 14 avr. 2018 13:44
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
Contact :

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par MorganCG » 15 juil. 2018 21:59

Je suis vraiment désolé que cela empire... J’espère aussi que cela va s'arranger rapidement...

Pour ma pars j'ai subi deux anesthésies générale, une fois je me suis réveillé entubé et je ne m'y attendais pas j'ai un peu flippé, ce n'est pas agréable quand ils te l'enlèvent mais ça ne m'a pas fait mal. Le seul truc c'est qu'ils avaient coincés ma lèvre et j'ai eut un petit bleu comme si j'avais mordu ma lèvre.

la seconde fois à mon réveil je n'étais pas entubé et j'avais mal nul part... Donc bon à voir :)

Avatar du membre
Ange1818
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 484
Enregistré le : 27 mai 2018 19:33
Localisation : Champagne-Ardenne
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par Ange1818 » 20 juil. 2018 18:11

Je viens tout juste de passer l'échographie. Ça n'a pas été une partie de plaisir, mais au moins je sais que le nodule est bénin même s'il reste à surveiller. Il y a effectivement des chances pour que ça vienne de la compression… J'étais nerveux pendant l'examen mais le médecin est resté professionnel et je n'ai pas eu de crise d'étouffement, donc c'est le principal. J'ai bien eu mal, par contre, puisque le nodule en question est très douloureux quand on appuie dessus. Et aussi, quand je vois dans quel état de stress je me mets pour un examen aussi "banal", je n'ose même pas imaginer pour la mammectomie. Je vais encore réfléchir quelques temps, m'informer à ce sujet jusqu'à être prêt à sauter le pas. J'ai besoin d'être lourdement rassuré pour me lancer.

À part ce nodule, les douleurs au niveau du sternum sont toujours là mais plus faibles ces derniers jours et j'espère que ça continuera dans cette voie. Ça reste pénible puisque rien que des gouttes de sueur me font mal dans la chair, mais il y a vraiment un mieux. Niveau moral, je reste stable mais je suis condamné à une demi-vie pour une durée indéterminée qui ne dépend que de mon rétablissement. Me balader dehors avec un simple bandeau m'assomme, je ne peux marcher chez moi qu'en rajoutant des serviettes de bain au-dessus de moi pour masquer les dégâts tout en me tenant et je ne peux plus me regarder dans un miroir, comme si mon rapport avec mon image n'était pas suffisamment compliqué comme ça !

Je ne porterai sans doute plus à l'avenir les brassières qui m'ont causé ça. Rien qu'une seule me fait déjà mal, alors j'ai pris conscience de l'impact destructeurs des deux superposées et je suis vacciné pour de bon de ce côté-là. Pour le binder, je serai prudent comme jamais, du coup.
J'espère surtout être guéri d'ici la rentrée car je ne pourrai plus me terrer chez moi comme en ce moment. Je suis un peu dépité car j'ai l'impression que l'association de ma ville n'organise pas de réunions cet été et comme je n'ai pas de nouvelles de sa part, je vais devoir attendre fin septembre pour seulement savoir si je peux recevoir mon binder là-bas. Avec le temps qu'il faudra pour le recevoir après cette autorisation, je vais dépérir, je le sens… À moins que je ne commande le binder directement chez moi en prévenant ma mère et en lui disant que c'est une "brassière" médicale pour m'éviter une autre mésaventure comme celle que je vis actuellement. Ce serait jouer avec le feu, surtout qu'elle a d'énormes doutes à ce sujet et me lance en permanence des "Tu es une fille", mais je ne sais pas comment je vais tenir autrement. D'ailleurs, si vous avez des arguments crédibles un peu dans cette idée, je suis preneur. :-)

Avatar du membre
MorganCG
Galet
Galet
Messages : 129
Enregistré le : 14 avr. 2018 13:44
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
Contact :

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par MorganCG » 20 juil. 2018 20:24

coucou Ange ! Je suis content de lire que c'est bénin ! mais c'est embêtant que ça soit douloureux... Je sais que ce n'est pas d'actualité, mais sache que tu pourras surement le faire retirer en même temps qu'un mammectomie. Au moins pas besoin de deux intervention...

Pour le binder tu habites ou ? Si tu n'es pas loin je pourrais le faire livrer chez moi :)

Sinon sache que certaines enseignes propose la livraison en point relais. Et a Paris il y a une boutique qui en vend.

Avatar du membre
Ange1818
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 484
Enregistré le : 27 mai 2018 19:33
Localisation : Champagne-Ardenne
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par Ange1818 » 21 juil. 2018 15:30

Tremtrem, je crois que les binder seraient un peu trop grands puisque je viens tout juste de me mesurer par rapport au site GC2B et que je trouve 76 cm en additionnant les deux premières mesures demandées (respectivement 74 et 78 cm), j'ai 70 cm en dessous du tout et 39 cm au niveau des épaules. Je pense prendre du XS du coup, mais mes épaules me classent dans du S... Je suis un peu perdu de ce côté-là ! ^^

Morgan, ça aurait été super sympa de ta part mais sachant que j'habite dans en Champagne-Ardenne et que je n'ai aucun moyen de locomotion dans l'immédiat, je pense que ça va être compliqué. ^^' En tout cas, c'est vraiment très gentil d'avoir proposé.

Avatar du membre
Ange1818
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 484
Enregistré le : 27 mai 2018 19:33
Localisation : Champagne-Ardenne
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui

Re: Conséquences compression trop forte de la poitrine

Message par Ange1818 » 07 août 2018 20:30

Bonsoir tout le monde ! Je suis désolé de ne pas avoir fait de mise à jour sur le sujet avant mais j'ai eu quelques soucis de moral ces derniers temps et j'ai repoussé loin de moi pas mal de choses ; mais là n'est pas notre sujet.

Décembre m'a donc envoyé son underwork très rapidement. Je l'ai essayé dès que j'ai pu et comme j'ai pas mal de hanches, j'ai eu du mal à l'enfiler mais j'ai réussi. La sensation de compression a été très différente de celle que j'ai toujours connue. Le rendu était parfait mais les douleurs ont refait surface et je n'ai pas pu en profiter. Je verrai sur le moyen-terme quand je pourrai m'en servir.

Concernant l'évolution des dégâts de cette compression, ça fait un mois que je ne porte plus rien, ni brassière, ni soutien-gorge, juste un tee-shirt et pour sortir un bandeau. Il y a des jours où tout va bien niveau douleur et d'autres où c'est plus compliqué, que ce soit au sternum ou à la taille. Le kyste a un peu changé de forme mais n'a pas évolué outre mesure. Je ne peux rien porter qui me serre trop à la cage thoracique donc je pense en avoir encore pour un moment. Je redoute franchement la rentrée.
Niveau cicatrices, j'en ai depuis un mois. Ça a tellement brûlé au niveau des bretelles que ma peau très claire a des marques cuivre voire noires aux trapèzes, devant les aisselles mais aussi sur les côtés de ma cage thoracique, sous le tout et dans le dos aussi. Je ne pensais pas m'être abîmé à ce point là. C'est comme si la couleur des brassières avait déteint avec ma peau et ça ne part pas. Ça me gêne un peu pour les marques de bretelles qui resteront peut-être à vie, mais je suis tellement las de tout ça que j'essaie de relativiser.

Niveau moral, il y a des moments où je fais abstraction et d'autres où je tombe dans une déprime totale. Je pleure pour un rien à la moindre contrariété qui s'additionne à ce problème. Ma mère se rajoute en me tombant dessus très régulièrement car elle ne supporte plus de me voir me tenir le torse en continu tout en me cachant derrière une serviette de bains (ce qui n'est pas drôle avec la chaleur qu'il fait). Elle ne comprend pas du tout et j'en fais les frais.
Je ne peux que me servir d'un de mes bras pour toutes les actions du quotidien, sauf quand je suis seul et me sens capable de faire face. Quand je suis allongé, tout va bien ; mais quand je suis debout, je vois les dégâts, je ne me sens plus la force de rien et je n'arrive plus à me projeter dans rien. L'idée de me lancer dans une mammectomie me terrifie au point de me faire avoir des crises de panique et de larmes, alors je l'ai jetée dans un coin de mon esprit et ne veux plus y penser pour le moment. Je pleure ce torse perdu, je vois mon corps et le déteste, continuellement. Toute cette histoire m'a énormément freiné dans toute ma bonne énergie concernant ma transition et je suis clairement au point mort, ce qui ne fait qu'entretenir ce cercle de tristesse. J'en dirai plus dans le sujet de ma présentation.

Conclusion : un mois après, je ne suis toujours pas rétabli, mon moral décline lentement et je ne tolère plus rien. Je me répète mais surtout, prenez soin de vous et ne vous retrouvez pas dans la même situation que moi si vous pouvez l'éviter.

Répondre