Accepter sa masculinité

Astuces, questionnements et conseils pour passer au masculin sans aide médicale
Répondre
Bouzigouloum
Gravier
Gravier
Messages : 4
Enregistré le : 08 mars 2020 01:40
Situation : Trans
Genre : Non-binaire
Pronoms : il ou iel

Accepter sa masculinité

Message par Bouzigouloum » 11 mars 2020 02:54

Bonjour/bonsoir !

Je ne sais pas si c’est la bonne catégorie pour ce sujet, mais je suppose que ça peut rentrer dans « questionnement ».

Ma question est : comment accepter sa masculinité quand on associe le masculin à des choses négatives ? (Notamment quand on a des traumas liés à des hommes cis etc)

Parce que ça me donne du fil à retordre, ça m’empêche de m’accepter totalement et d’exprimer mon identité de genre comme je le souhaiterais.

Personnellement c’est quelque chose qui se fait automatiquement dans mon cerveau, et malgré mes efforts pour contrer cette sorte de répulsion, j’ai du mal.
Je suis non binaire, et même si je n’arrive pas à mettre un nom précis sur mon identité de genre, je sais qu’il y a une grande part de moi masculine, mais j’ai du mal à me l’approprier.
S’approprier sa masculinité (enfin, pour moi en tout cas) c’est apprendre à définir ce qu’elle est pour nous, et comment on veut la laisser transparaître si on le souhaite (à travers des choses qui sont socialement masculines ou d’autre qu’ils ne le pas du tout par exemple)
Et je n’arrive pas à me l’approprier, parce que j’associe la masculinité de façon général à la masculinité toxique de certains hommes qui m’ont fait souffrir toute ma vie.

Donc ma question pourrait se présenter sous cette forme : comment arriver et quels outils utiliser pour s’approprier sa masculinité ?

Est ce qu’il y’a des personnes dans la même situation que moi ?

Je ne sais pas si je suis très clair dans mes mots, je ne suis pas super fort pour retranscrire mes pensées à l’écrit.
Et surtout j’espère n’avoir blessé personne de part les mots que j’ai utilisé ou autre, et si jamais c’est les cas, je m’excuse sincèrement et mon intention n’étais pas là du tout.

Merci si vous m’avez lu, et merci d’avance pour les potentielles réponses !

Killian5
Caillou
Caillou
Messages : 66
Enregistré le : 24 déc. 2019 10:03
Situation : Trans
Genre : Non binaire
Pronoms : iel
Hormoné : Oui

Re: Accepter sa masculinité

Message par Killian5 » 16 mars 2020 10:20

J'en ai discuté avec des gars trans féministes qui sont dans l'optique de réinventer la masculinité. J'ai trouvé ça dans l'univers des drag king, se réapproprier le genre, que ce soit en le caricaturant pour dénoncer ou bien en le représentant d'une façon différente.

Apeiron
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 421
Enregistré le : 24 oct. 2017 08:53
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : M
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
État civil : Oui

Re: Accepter sa masculinité

Message par Apeiron » 16 mars 2020 15:32

En tout cas je trouve qu’il ne faut rien s’interdire sous prétexte qu’on est trans ni dans un sens (comportements soit disant trop féminins) ni dans un autre (soit disant trop virils).

Moi par exemple je déplore la bêtise d’un certain type de féminisme contemporain et je ne les soutiens pas.

Dragonfly
Gravier
Gravier
Messages : 6
Enregistré le : 17 nov. 2018 17:21
Localisation : Picardie
Situation : Trans
Genre : NB - M
Pronoms : iel - il

Re: Accepter sa masculinité

Message par Dragonfly » 18 mars 2020 22:29

Bonjour/soir Bouzigouloum,
Personnellement j'ai accepté ma transidentité et ma virilité grâce à un ex petit ami. Je ne vais pas faire ici la liste de ces qualités tant humaines que propre à sa définition de sa virilité (là n'est pas le sujet). Simplement, je me suis vu en lui comme dans un miroir : il pleurait quand il était triste ou particulièrement heureux, il exprimait ses émotions pour faire avancer les choses et faisait preuve d'une grande douceur avec les autres qu'iels soient de sexe opposé ou non. Il a redéfini pour moi le concept même de la masculinité. J'ai revendiqué la mienne, loin des stéréotypes.
Peut-être qu'en regardant bien, tu verras toi aussi un ami qui n'a pas cet "masculinité toxique" dont tu parles (que j'ai aussi bcp rencontré et qui m'a bien pourri la vie) et que tu pourras d'y raccrocher. En tout cas, je te le souhaite, en espérant que mon commentaire puisse t'aider.

Avatar du membre
PauSG
Gentil Modo
Gentil Modo
Messages : 1649
Enregistré le : 30 oct. 2016 22:56
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : Mec trans
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui
Contact :

Re: Accepter sa masculinité

Message par PauSG » 19 mars 2020 12:08

Hello,

Personnellement ça m'a aidé de regarder plus en détail les hommes autour de moi, et de me rendre compte que chacun avait en fait une expression très singulière de sa masculinité, avec certaines choses proches des clichés de la masculinité, et d'autres très éloignées.

Sur ce thème, il y a une super série de vidéos Youtube qui s'appelle Entre mecs si ca te tente: https://www.youtube.com/playlist?list=P ... oFKYvR_5oh
Le blog de mon parcours: http://transboiramble.blogspot.fr/

gavrochetcie
Caillou
Caillou
Messages : 54
Enregistré le : 27 janv. 2020 14:15
Situation : En questionnement
Pronoms : il

Re: Accepter sa masculinité

Message par gavrochetcie » 20 mars 2020 07:56

Je fais pareil : observer les mecs. Et remarquer que finalement il y a une énorme diversité. Perso, j'ai pas envie du tout de ressembler au cliché du mec viril, macho qui boit de la bière en regardant on match de foot ( désolé pour le footeux s'il ye na , mais vous voyez de quoi je parle ...) On a chacun notre personnalité finalement. Homme ou femme ou ce qu'on veut... J'ai croisé des mecs d'une gentillesse et d'une sensibilité plus touchante que ce qu'on attribue d'habitude aux femmes. Et je les apprécie pour ça. Je suis admiratif devant certains youtubeurs non binaires qui expriment complètement leur personnalité, quitte à franchir des tabous. Faut pouvoir oser le faire, mais ils existent !
Te trouver des modèles positifs d'hommes devraient t'aider. Moi je sais que j'ai mon père, mais y'a aussi des figures célèbres. J'suis admiratif de redford, de ce qu'il afait, de l'homme qu'il est dans ses engagements, dans ses actes... ça va lien au delà de 'lacteur ou du physique. Y'a des mecs vraiment bien. J4ei eu un petit prof de fac dont l'intelligence, la gentillesse m'impressionnaient et j'ai été vraiment triste d'apprendre sond écè vingt ans plus tard. Et je dirais que les femmes sont pareilles. y'a pas que des bimbos décérébrées ! De sont emps, j'aurais été amoureux de la chanteuse Barbara ! J'avais une camarade de classe au lucée qui nons eulement était très jolie, mais très intelligente, socable et à coté y'avait des cruches... donc voilà, faut ouvrir les yeux sur les gens qu'onc roise, s'y intéresser. et etre à l'afffut de ce que tu ressens ( d'ailleurs, n'hésite pas à écrire tes émotions quand un mec attire ton attention, en bien ou en mal et creuse un peu le sujet. Qu'est ce que tu trouves de chouette ou de repoussant. Ca t'aidera à définir ce que tu veux être. En fait, une transition c'est un peu comme une 2e adolescence, il faut redéfinir qui one st au moins en partie. Et ça,c 'es super chouette ! qui a cette opportunité ? de se dire bon, je me donne la liberté une deuxième fois (la 1ere ayant souvent été ratée voir inexistante) de chercher qui je veux être et donc de faire des expériences.... de s'amuser un peu avec ça.

zooey
Caillou
Caillou
Messages : 52
Enregistré le : 16 nov. 2016 16:33
Localisation : ardèche
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
Chirurgie génitale : Oui
État civil : Oui

Re: Accepter sa masculinité

Message par zooey » 21 mars 2020 13:18

Comme tu le dis c'est très lié à l'image de la masculinité qu'on a eu dans son entourage, et notamment à l'âge où on construit sa personnalité.

Pour moi ça a presque été l'inverse. Pendant ma transition, j'ai été désarçonné de me rendre compte qu'on pouvait attendre de moi des choses auxquelles je n'avais jamais pensées comme étant spécifiquement masculines. Je prends un exemple : la voiture. Mon père ne s'y intéressait tellement pas qu'il n'avait pas le permis. C'était ma mère qui conduisait.
Autres exemples un peu cliché : je ne l'ai jamais vu bricoler, pour lui c'était un exploit de changer une ampoule.

J'étais très proche de mon grand-frère, on n'avait qu'un an d'écart, et jusqu'à ses 18 ans, avant qu'il parte faire des études dans une autre ville, on a toujours été ensemble et fait les mêmes choses sans que je me demande si c'était masculin ou féminin. Pour aller dans des exemples un peu bateau, je le soupçonne de ne pas connaître les règles du foot, par contre il connaît par coeur toutes les choré et les chansons des films de Jacques Demy.

Je trouve ça surprenant que des gens soient étonnés quand je dis qu'à la maison ce n'est pas moi qui bricole, mais ma compagne, et que c'est elle qui m'a appris à changer les roues de ma voiture. Mais depuis ma transition je me rends compte que j'ai évolué dans une sphère particulière, qui n'est pas la règle. Je suis mal à l'aise si je me retrouve avec un groupe d'hommes qui tiennent des propos un peu "macho" et attendent de moi une connivence. ça m'ait arrivé plusieurs fois et ça m'a fait réfléchir. Je pense que j'ai grandi dans un milieu très protégé.

gavrochetcie
Caillou
Caillou
Messages : 54
Enregistré le : 27 janv. 2020 14:15
Situation : En questionnement
Pronoms : il

Re: Accepter sa masculinité

Message par gavrochetcie » 27 mars 2020 06:31

Pour ce qui est d'être mal à l'aise avec des mecs "machos" qui attendent une certaine connivence, je sais que mon père a vécu ça toute sa vie... Sur la sexualité, les sentiments, il n'a absolument pas les codes de sa génération ( 75 ans, hein ?) et il a toujours été à part pour ça. Ca ne l'a pas empêché de faire ce qu'il voulait dans le domaine qui l'intéressait, le militantisme politique ou syndical. D'ailleurs question voiture, il lui a fallu passer 5 fois l'exam pour avoir son permis ( et encore, la dernière fois, il a failli ne pas y aller. Sans ma mère pour l'y pousser, c'était mort ! ) Résultat, quand ma soeur est née, c'est pas lui qui a conduit ma mère à l'hosto !
Et ce qui est plutot rare dans sa génération, il a adopté certains comportements plutot considérés comme féminins ( surtout à son époque ! ).
J'dirais pas que j'ai été protégé, comme toi, mais clairement ça a biaisé ma vision du sujet d'avoir un père comme ça à la maison. C'est en me frottant, rudement, à l'extérieur, que j'ai découvert toutes ces notions de genre.
D'ailleurs, c'est ce qui me fait dire personnellement que je ne me sentirais pas mieux en étant considéré comme un mec, avec toutes ces attentes dont tu parles, qu'en tant que nana, avec toutes les attentes qui vont avec. on peut aussi avoir envie de pas cocher toutes les cases de l'un ou de l'autre. D'inventer les siennes, mêmes ! La société est vraiment très dure là dessus, bien sûr... et on se retrouvera toujours, d'une certaine façon, à la marge avec cette idée. J'ai longtemps souffert de ça, cette sensation d'être différent, pas dans le groupe, mal à l'aise. Je vois les autres partager des choses, des ressentis que je n'ai pas. Et c'est très frustrant.
A force, je commence à me faire à l'idée que ben voilà, c'est ce que je suis

Répondre