Boys run the riot (manga)

Actualités, médias et festivals en rapport avec les transidentités
Répondre
Apeiron
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 696
Enregistré le : 24 oct. 2017 08:53
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : M
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
État civil : Oui

Boys run the riot (manga)

Message par Apeiron » 10 avr. 2022 21:56

J'ai lu le premier volume cette semaine (acheté en version numérique).
Il s'agit d'un mec FTM lycéen qui souffre beaucoup de sa condition (notamment à cause de l'uniforme féminin qu'il est obligé de porter : il ruse en venant toujours en survêtement). Il s'évade de son mal-être en cultivant un style masculin en dehors du lycée. Un camarade le trouve stylé et lui propose de créer une marque de vêtement avec lui.
J'ai trouvé le dessin plutôt beau et agréable et j'ai aimé la fidélité du vécu d'un jeune FtM dans ses relations avec autrui et lui-même.
Je recommande notamment ce manga aux gens qui aiment le style streetwear.

https://www.amazon.fr/Boys-Run-Riot-Kei ... 2480&psc=1

アレクサンドル
Gravier
Gravier
Messages : 4
Enregistré le : 13 mai 2022 14:28
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui

Re: Boys run the riot (manga)

Message par アレクサンドル » 13 mai 2022 20:53

Salut,

Il est peut-être un peu tard pour répondre à ce sujet, mais je ne le vois que maintenant... Du coup, j'ai moi aussi acheté et lu le premier tome de cette série (en format papier pour ma part) et j'ai vraiment bien aimé. La transidentité n'est pas le thème central, en tout cas pas dans ce premier volume. Ça parle plus largement des jeunes qui sortent des cases et qui ont du mal à trouver leur place dans une société japonaise très normée. Je suis quand même d'accord pour dire que les ressentis du personnage de Ryô (le fameux mec trans) sont bien transmis. Il n'y a qu'une chose qui m'a un peu agacé, c'est qu'on le voit binder avec des bandages sans que le procédé soit remis en question. Ok, c'est du détail, ça ne prend que deux cases, mais je trouve quand même ça pas top du point de vue des représentations, d'autant plus que l'auteur est lui-même un homme trans me semble-t-il.

Ça me fait penser à un autre manga : Family Compo. Pour ceux qui connaissent, c'est du même auteur que City Hunter (Nicky Larson). L'histoire est celle de Masahiko, un étudiant qui, suite au décès de ses parents, se retrouve à aller vivre chez son oncle et sa tante. Là, il ne met pas longtemps à découvrir que... son oncle, c'est sa tante ; et sa tante, c'est son oncle ! Pour le dire plus clairement, son oncle est un homme trans et sa tante une femme trans. En réalisant la situation, Masahiko est pris d'un doute : sa cousine est-elle vraiment sa... "cousine" ? Le manga suit ainsi les aventures d'une famille LGBT avec beaucoup de tendresse. L'œuvre datant de la fin des années 90, il y a pas mal de points qui posent problème (par exemple, les personnages qui ont un passing parfait sans prendre d'hormones et même sans binder... ou encore les confusions entre identité de genre et orientation sexuelle), mais je trouve que c'est quand même un manga adorable qui prône avant tout l'amour et la tolérance tout en remettant en cause le cloisonnement entre les genres (il y a un personnage genderfluid en prime).

D'une manière générale, je trouve que, lorsqu'ils traitent le sujet de la transidentité, les Japonais vont plutôt se pencher sur la vie quotidienne tandis que les Occidentaux vont aborder les choses d'une manière beaucoup plus informative, s'intéresser au parcours, notamment médical. Je suis abonné à quelques youtubeurs trans japonais et c'est vraiment l'impression que j'ai quand je compare leurs vidéos à celles des Français, Anglais, Américains, Canadiens, etc. Disons qu'ils apportent un angle de vue un peu différent, personnellement j'aime bien ça.

Répondre