Collège et prénom

Relations sociales, acceptation, coming-out...
Répondre
Seshen
Gravier
Gravier
Messages : 1
Enregistré le : 23 nov. 2020 10:20
Localisation : Région lilloise
Situation : Famille et proches
Genre : Féminin
Pronoms : Elle

Collège et prénom

Message par Seshen » 23 nov. 2020 11:46

Bonjour,

Je suis la maman d'un jeune garçon de 12 ans, depuis son enfance il me répète qu'il est un garçon, j'ai longtemps pensé dans son enfance, qu'en fait, il réagissait aux discriminations faites aux femmes dans le milieu où il a grandit (et à mon exemple, femme dans un environnement professionnel très masculin) mais je l'ai toujours laissé s'habiller comme il voulait donc ça allait bien.
A la fin du CM2/début 6eme (début puberté...), il s'est mis à entrer dans une grosse période de dépression, ça été terrible car je ne comprenais pas de quoi il souffrait tant, il y a deux mois lors de sa rentrée en 5eme, il m'a expliqué qu'il était un garçons (cette fois je l'ai mieux compris) et qu'il souhaitait avoir le droit de couper ses cheveux et d'être appelé par un prénom qu'il avait choisi, j'ai bien sûr accepté et là il revit totalement même si son père dont je suis séparée ne souhaite plus le voir à cause de cela ...
Bref, un prénom et des pronoms de genre différents de ce que j'avais utilisé ... Cela est au fond si peu de chose à faire, ça ne coûte rien mais il s'avère que c'est beaucoup plus compliqué avec l'entourage, je ne sais pas comment réagir et le soutenir, dois je refuser pour son épanouissement d'aller chez ces personnes tant qu'elles refusent de genrer correctement mon garçons ? Par expérience que puis je faire pour que cela soit accepté ?
Le pire a été le collège, j'ai pris rdv avec la principale et le CPE pour leur demander de genrer correctement et de l'appeler par son nouveau prénom ainsi que pour trouver une solution pour les cours de sports, j'y suis allée et c'est un tort, "la fleur au fusil", je ne m'attendais pas du tout à un refus. Ce rdv a été très dur pour nous deux, ils m'ont dis que ma demande était illégale ... Et qu'en plus ça devait s'arrêter car cela perturbe la classe vu que ses camarades demandent aux professeurs d'arrêter de le mesgenrer, je n'avais aucun arguments légaux à leur opposer ...
J'ai rendez vous avec une association pour en discuter mais je n'ai pas arrêté d'y penser depuis ce rendez vous mercredi passé ...et je n'imagine pas ce que ça doit être pour mon fils qui s'est à nouveau refermé sur lui depuis ce rdv ...
Si vous avez des éléments légaux pour le collège en attendant ce rendez vous je les veux bien svp ?

Je vous souhaite à tous beaucoup de courage dans vos parcours car je ne pensais pas que la société était encore si réactionnaire :-(

Bonne journée

Dag
Gentil Modo
Gentil Modo
Messages : 802
Enregistré le : 30 déc. 2018 18:12
Localisation : Paris
Situation : Trans
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: Collège et prénom

Message par Dag » 23 nov. 2020 14:02

Bonjour,

Déjà, c'est super que vous soyez un soutien pour votre fils, ça ne pourrait que l'aider dans l'avenir. Vous avez également très bien fait de contacter une association, elle devrait pouvoir vous aider.
Seshen a écrit :
23 nov. 2020 11:46
Bref, un prénom et des pronoms de genre différents de ce que j'avais utilisé ... Cela est au fond si peu de chose à faire, ça ne coûte rien mais il s'avère que c'est beaucoup plus compliqué avec l'entourage, je ne sais pas comment réagir et le soutenir, dois je refuser pour son épanouissement d'aller chez ces personnes tant qu'elles refusent de genrer correctement mon garçons ? Par expérience que puis je faire pour que cela soit accepté ?
Il vous faudra probablement vous adapter selon les personnes, entre celles qui mettent du temps à comprendre et à s'adapter et celles qui refusent tout changement et resteront fixes, sachant que couper les ponts pour vous et pour votre fils peut aussi être une chose difficile. Mon conseil serait de dire à ces personnes ou de leur faire savoir que pour vous, l'usage du prénom et des pronoms masculins pour votre fils n'est pas matière à débat. Si vos proches veulent le voir ou vous parlez de lui, il faut qu'ils s'adaptent à la nouvelle réalité. Aussi, si vous appuyez sur quelques relais parmi vos proches, vous pouvez leur demander de vous aider à faire passer ce message.
Seshen a écrit :
23 nov. 2020 11:46
Le pire a été le collège, j'ai pris rdv avec la principale et le CPE pour leur demander de genrer correctement et de l'appeler par son nouveau prénom ainsi que pour trouver une solution pour les cours de sports, j'y suis allée et c'est un tort, "la fleur au fusil", je ne m'attendais pas du tout à un refus. Ce rdv a été très dur pour nous deux, ils m'ont dis que ma demande était illégale ... Et qu'en plus ça devait s'arrêter car cela perturbe la classe vu que ses camarades demandent aux professeurs d'arrêter de le mesgenrer, je n'avais aucun arguments légaux à leur opposer ...
J'ai rendez vous avec une association pour en discuter mais je n'ai pas arrêté d'y penser depuis ce rendez vous mercredi passé ...et je n'imagine pas ce que ça doit être pour mon fils qui s'est à nouveau refermé sur lui depuis ce rdv ...
Si vous avez des éléments légaux pour le collège en attendant ce rendez vous je les veux bien svp ?
C'est vraiment dommage, selon les personnes et les établissements, c'est la loterie complète. Déjà je vous rassure tout de suite, votre demande n'est pas illégale. Il y a un point exact, c'est que l'identité à l'état-civil de votre fils doit être utilisée pour certains points administratifs, que ce soit à l'école ou dans vos papiers. Par exemple, sa déclaration à la sécu ou à la mutuelle, son inscription à un examen... Par contre, tout ce qui relève d'éléments non-officiels comme les échanges avec les profs, son nom sur la liste d'appel... peut être changé, en bonne intelligence avec tout le monde.
Vous pouvez leur montrer cette décision (non-contraignante) du Défenseur des Droits: https://juridique.defenseurdesdroits.fr ... m_id=19875, il y a un chapitre sur l'éducation et la recommandation numéro 2 peuvent vous être utiles. Je vous mets un extrait ci-dessous. Vous pouvez le montrer à l'établissement scolaire. S'ils font la sourde oreille, vous pouvez demander à l'association LGBT s'ils peuvent vous aider et/ou demander l'intervention de la Défenseure des Droits.
Recommandation n°2:Le Défenseur des droits recommande aux chefs d’établissement scolaire et d’enseignement supérieur de permettre aux mineurs et jeunes transgenres de se faire appeler par le prénom choisi, d’employer les pronoms correspondants (féminins, masculins ou non-binaires) et de respecter les choix liés à l’habillement, et en prenant en considération leur identité de genre pour l’accès aux espaces non mixtes existants (toilettes, vestiaires, dortoirs).
Le Défenseur des droits recommande aux ministères de l'Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche d’établir un guide de bonnes pratiques et des formations à destination des équipes éducatives et de mener des campagnes de prévention auprès des élèves et des étudiants pour favoriser l’inclusion des jeunes personnes transgenres

couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 1773
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: Collège et prénom

Message par couss » 26 nov. 2020 23:07

En plus de leur transmettre le rapport du défenseur des droits, vous pouvez aussi leur rappeler que la lutte contre l'homophobie et la transphobie fait partie des directives de l'éducation nationale. Et qu'on trouve d'ailleurs toute une campagne sur la plateforme d'eduscol :

https://eduscol.education.fr/1592/preve ... ie-l-ecole

Dans le dossier fourni, il est clairement expliqué que refuser d'employer le pronom d'usage, c'est de la transphobie.

Si ils persistent dans leur refus, je vous conseille de contacter le rectorat qui est l'échelon au dessus (je suppose qu'il s'agit d'un établissement public puisque vous employez le terme "principale" et non "directrice"). Les différents rectorats ont rappelé plusieurs fois à l'ordre certains établissements scolaires.
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

Répondre