Deception ou pas ?

Relations sociales, acceptation, coming-out...
Répondre
Chris.lgd
Gravier
Gravier
Messages : 35
Enregistré le : 10 avr. 2020 19:32
Localisation : Strasbourg
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : il

Deception ou pas ?

Message par Chris.lgd » 19 sept. 2020 09:59

Salut les gars,

Alors je ne sais pas si je suis sur le bon endroit pour poster ça.

Y'a une question qui me trotte dans la tête depuis quelques temps : est ce que lors de votre transition vous avez été déçu au niveau du changement physique ou émotionnel ?
Et comment vous avez réussis à gérer ça ?

Je vous remercie d'avance pour vos témoignages.

couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 1644
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: Deception ou pas ?

Message par couss » 19 sept. 2020 13:01

Déçu non mais des petites frustrations et puis une dysphorie qui peut bouger.
Par exemple, un peu frustré de ne toujours pas avoir de barbe, j'ai gagné très peu de poils sur le corps. J'ai ai juste au niveau du cul et dans le nez. Aucun intérêt :lol:
Quand à la dysphorie, depuis la mammec, elle se focalise sur la taille marquée et les hanches. Je trouve que la répartition des graisses est trop lente à plus d'un an sous T.
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

Apeiron
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 468
Enregistré le : 24 oct. 2017 08:53
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : M
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
État civil : Oui

Re: Deception ou pas ?

Message par Apeiron » 19 sept. 2020 16:07

Tout en ayant clairement des codes vestimentaires plutôt masculins (très sportwear en fait), j'ai gardé une certaine ambivalence malgré plus de dix ans sous T, je m'en accorde avec le temps ce qui fait paradoxalement l'ambivalence se réduire (le fait de l'accepter voir de l'assumer en la formulant comme tel). C'est de moins en moins un sujet de tristesse et d'énervement, quand je suis dans ce qui me convient (la création au sens large et la recherche), je n'y pense plus. Je crois que si cette ambivalence me complexait beaucoup pendant de longues années, c'est aussi parce qu'elle est très dépréciée par la société binaire Monsieur/Madame.

Répondre