Dysphorie ou... Autre ?

Relations sociales, acceptation, coming-out...
Répondre
TAGS95
Gravier
Gravier
Messages : 13
Enregistré le : 01 juin 2018 09:02
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui

Dysphorie ou... Autre ?

Message par TAGS95 » 06 févr. 2020 22:18

Coucou
Ça fait longtemps que je ne suis pas venu par ici.

Aujourd'hui je rencontre un problème avec ma femme.
Enfin ma femme a soulevé un problème.
Et je ne sais pas vraiment si ça a un lien ou non...

Je suis FTM, non hormoné, et ne souhaite pas être sous T du moins pour l'instant.
Tous mes amis sont au courant. Ma famille est au courant depuis 5 ans maintenant et n'accepte pas.
Ce qui fait qu'avec ma famille je "vis" sous l'identité F et dans le milieu scolaire/travail.
A vrai dire, la où l'administration existe, je ne me sens pas assez "valide" pour entreprendre les démarches etc.
Ma dysphorie revient brutalement lors de la période de travail...
Parfois également hors période, par rapport a mon reflet, a une réflexion, ou un regard.

Ma femme m'a dit qu'elle a extrêmement de mal a me suivre. Je suis troublant, je dis A puis B, ou je suis catégorique sur un sujet et un autre jour flexible.
Je change d'humeur très vite. Et je suis tout le temps dans les extrêmes.
Ça l'a pousse dans ses retranchements...
Elle le dit en riant, mais souvent elle m'appelle"mon schizo"
Alors je sais que la dysphorie est variable, différente et plus ou moins intense...
Est-ce que cette espèce de dédoublement de personnalité pourrait être causée par cette dysphorie ? Est-ce que c'est de la dysphorie...?

Je n'ai pas été suivi par un psy, et j'ai entrepris de le faire.
Mais d'ici ce rdv... J'aimerais avoir quelques pistes, quelques réponses...

Merci à vous
Dylan
"You may say I'm a dreamer, but I'm not the only one. I hope some day you'll join us, and the world will live as one"

En ligne
couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 1278
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: Dysphorie ou... Autre ?

Message par couss » 07 févr. 2020 14:09

La dysphorie n'est pas forcément physique elle peut être sociale.
À te lire, j'ai l'impression que tu aimerais juste être accepté dans ton genre par tous mais sans avoir à prendre des hormones et autres. Sauf que ça ne se passe pas aussi simplement que ça, ce qui t'oblige à mener une double vie qui parfois est trop pesante.
En fait tu es pris entre deux feux. Tu voudrais faire plier la société, ce qui ne fonctionne pas pour le moment et attendre est long et usant. Ou tu as l'autre solution qui serait de te plier aux attentes societales pour gagner du temps et moins t'user. C'est pas ce que j'appellerais être schizophréne, tu as un choix de merde entre choisir le confort societale ou ton intégrité.
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

TAGS95
Gravier
Gravier
Messages : 13
Enregistré le : 01 juin 2018 09:02
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui

Re: Dysphorie ou... Autre ?

Message par TAGS95 » 07 févr. 2020 16:50

Bonjour,
Merci de ta réponse.

C'est exactement ça. Il y a du coup de nombreuses dispute avec ma femme car elle ne comprends pas forcément (elle est pan et donc, si je homme, et bien je suis homme ça s'arrête là).
Sauf que... Pour elle je ne m'assume pas car je ne "force" pas ma famille a accepter la réalité. Et le fait de vivre sous l'identité F chez eux, c'est accepter qu'il n'accepte pas...
Sauf que je vois ça différemment... Ça n'a aucun impact psy chez moi de leur part car c'est ma famille. Toute autre personne en revanche ça peut me faire descendre en enfer.

De mon point de vue, je m'assume totalement. J'ai cet dysphorie qui me rappelle que "Hey, tu t'es vu un peu ?"
Et donc oui je m'assume tel que je suis, mais je ne me sens pas légitime de dire quoique ce soit dehors genre, "revendiquer" au serveur, au postier.e que non c'est Monsieur.
Et pour elle c'est incompréhensible... L'un est indissociable de l'autre... Car pour elle, si je m'assumais pleinement, certe la dysphorie serait la, mais j'aurais plus de cran.
Typiquement, quand c'est a mon tour de me présenter je dois dire Dylan peu importe le lieu et la personne en face.

Et je comprends son cheminement... Mais derrière ça, t'as tout les problèmes qu'on peut rencontrer. Les questions déjà hyper chiantes, et tout le reste qui ne fait que empirer les choses. Typiquement, je préfère largement être genrer au féminin avec le prénom F, que de me présenter sous Dylan et de me manger un ELLE en pleine gueule. Car ça par contre ça me descend droit en enfer, et c'est un aller simple avec date de retour indéterminée.
Mais ça aussi elle comprend pas.

Et bref, c'est sur, c'est extrêmement pesant... Je suis fatigué et tendu.
Et j'ai vraiment l'impression d'avoir deux personnalités complètement opposées qui se bousculent dans ma vie.
Ce qui me rend complètement instable.
Ma femme ne se rendait pas compte comme sortir avec un homme trans encore en "cheminement" était une relation compliquée et fatiguante.

Alors j'ai le moral a zéro en ce moment... J'ai envie de tout éclater... J'avais envie de me prendre un mur en pleine face...
Mais du coup, même si elle me dit que c'est pour rire "schizo", ça me fait extrêmement mal... Car j'ai l'impression d'être normal, d'être bien, bien que je sois instable.

Je sais plus trop quoi faire ni quoi penser.
"You may say I'm a dreamer, but I'm not the only one. I hope some day you'll join us, and the world will live as one"

Max804
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 546
Enregistré le : 22 sept. 2018 16:36
Situation : Trans
Pronoms : il
Chirurgie du torse : Oui

Re: Dysphorie ou... Autre ?

Message par Max804 » 07 févr. 2020 19:09

Salut!
Tu n'es pas le seul dans ton cas et ce n'est pas être schizo que d'avoir ton positionnement.
La situation a évolué pour moi dernièrement depuis que j'ai changé de prénom au taf (je suis pas sous T) du coup ça réduit le côté double vie de mon quotidien (et c'est vachement plus confortable!). Mais je ne reprends que très très rarement les gens dans les lieux publics (postier, serveurs etc) parce que j'ai la flemme, ou bien j'ai juste pas envie, ou j'ai pas envie de lire dans leurs yeux qu'ils comprennent pas ou je fais pas attention etc. Mais je ne me vois pas pour autant comme qqun qui n'assume pas. Juste ben pfff on n'est pas obligé de gérer tout le temps le megenrage en corrigeant les gens si on se sent pas. On peut aussi boire un verre en ignorant le/la serveureuse.
Le raisonnement de ta femme se comprend mais le tien également car tu as aussi le droit d'avoir ton rythme, tes envies.
Après c'est pas évident à gérer. Perso j'aimerai bien être perçu au masculin sans T mais le fait de voir que c'est mort de mort socialement me fait peu à peu pencher vers la T (bon pas que pour ça. Y'a des effets que je veux. Mais bon bref).
J'espère que tu reussiras à trouver les mots pour montrer que tu n'es pas schizo et lui dire que même en blaguant ça te laisse etc. Elle peut comprendre même si c'est déstabilisant. Bon courage

En ligne
couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 1278
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Prénom : Oui
État civil : Oui

Re: Dysphorie ou... Autre ?

Message par couss » 08 févr. 2020 13:31

Chacun gère sa dysphorie comme il veut/peut. Avant d'être sous T et d'avoir ma mammec, je mettais pas de binder si les gens n'étaient pas au courant car c'était contraignant, me blessait, me rappelait que j'étais différent et que ça changeait rien je me prenais du Madame tout le temps. Sauf qu'en ne faisant pas "d'efforts de passing" j'étais comme déguisé donc ça expliquait le megenrage, c'était moins violent car on s'adressait à un personnage et non à moi.
Et parfois je regrettais d'être out dans de plus en plus d'endroits car je me forçais alors à travailler mon passing et c'était épuisant. Puis j'avais l'impression de ne pas être crédible et que les gens me faisaient un faveur et ça me gavait.
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

Avatar du membre
garsenn
Gravier
Gravier
Messages : 20
Enregistré le : 23 nov. 2016 21:52
Situation : Trans
Genre : intergenre
Pronoms : il

Re: Dysphorie ou... Autre ?

Message par garsenn » 08 févr. 2020 20:16

Salut,
Depuis quand est-ce que ta femme a ressenti ce changement dans ta personnalité ?
Mon avatar : le duo d'humoristes Garnier et Sentou dans le fameux sketch qui m'a aidé à me trouver, étrangement ! :lol:

TAGS95
Gravier
Gravier
Messages : 13
Enregistré le : 01 juin 2018 09:02
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui

Re: Dysphorie ou... Autre ?

Message par TAGS95 » 09 févr. 2020 09:30

Max804 a écrit :
07 févr. 2020 19:09
Salut!
Tu n'es pas le seul dans ton cas et ce n'est pas être schizo que d'avoir ton positionnement.
La situation a évolué pour moi dernièrement depuis que j'ai changé de prénom au taf (je suis pas sous T) du coup ça réduit le côté double vie de mon quotidien (et c'est vachement plus confortable!). Mais je ne reprends que très très rarement les gens dans les lieux publics (postier, serveurs etc) parce que j'ai la flemme, ou bien j'ai juste pas envie, ou j'ai pas envie de lire dans leurs yeux qu'ils comprennent pas ou je fais pas attention etc. Mais je ne me vois pas pour autant comme qqun qui n'assume pas. Juste ben pfff on n'est pas obligé de gérer tout le temps le megenrage en corrigeant les gens si on se sent pas. On peut aussi boire un verre en ignorant le/la serveureuse.
Le raisonnement de ta femme se comprend mais le tien également car tu as aussi le droit d'avoir ton rythme, tes envies.
Après c'est pas évident à gérer. Perso j'aimerai bien être perçu au masculin sans T mais le fait de voir que c'est mort de mort socialement me fait peu à peu pencher vers la T (bon pas que pour ça. Y'a des effets que je veux. Mais bon bref).
J'espère que tu reussiras à trouver les mots pour montrer que tu n'es pas schizo et lui dire que même en blaguant ça te laisse etc. Elle peut comprendre même si c'est déstabilisant. Bon courage
Tu pointes du doigt mon ressenti profond. J'aimerais être perçu te quel. Mais je me rend bien compte que ça va être très difficile (en france du moins) sans T.
Mais mon Moi profond depuis très longtemps ne rêve que d'une chose: être un homme comme les autres. Et donc sans dysphorie ^^
La T me soulagerait beaucoup car comme toi il y a des effets qui je souhaite.
Mais je ne tiens pas à dépendre de la T, et surtout je suis très sensible aux hormones... Donc étant instable là, j'ai peur de l'être davantage. (je suis sous pilule pour d'autres raison mais ca m'arrange bien de ne quasiment pas avoir cette période).
Je pense que ma femme a toujours connu des Trans souhaitant prendre la T ou qui arrivaient à revendiquer leurs droits et besoins aisément.

Je pars du principe que ces personnes je les verrai qu'une fois dans ma vie, alors pourquoi me fatiguer ?
Je souhaite partir au Canada, et je sais qu'ils sont bien plus ouvert rien qu'administrativement là-bas. Une fois là-bas je pense prendre une vraie décision concernant la T. Car si ça ne va toujours pas en ayant un environnement que je dirai sain, c'est que j'aurai effectivement besoin de plus.

Du moins c'est ce que je pense :(
"You may say I'm a dreamer, but I'm not the only one. I hope some day you'll join us, and the world will live as one"

TAGS95
Gravier
Gravier
Messages : 13
Enregistré le : 01 juin 2018 09:02
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui

Re: Dysphorie ou... Autre ?

Message par TAGS95 » 09 févr. 2020 09:36

couss a écrit :
08 févr. 2020 13:31
Chacun gère sa dysphorie comme il veut/peut. Avant d'être sous T et d'avoir ma mammec, je mettais pas de binder si les gens n'étaient pas au courant car c'était contraignant, me blessait, me rappelait que j'étais différent et que ça changeait rien je me prenais du Madame tout le temps. Sauf qu'en ne faisant pas "d'efforts de passing" j'étais comme déguisé donc ça expliquait le megenrage, c'était moins violent car on s'adressait à un personnage et non à moi.
Et parfois je regrettais d'être out dans de plus en plus d'endroits car je me forçais alors à travailler mon passing et c'était épuisant. Puis j'avais l'impression de ne pas être crédible et que les gens me faisaient un faveur et ça me gavait.
Je vois ce que tu veux dire. Cette sensation de déguisement ressemble à cette sensation que j'ai vis à vis de mes prénoms.
Quand je suis en famille ou au travail le fait que soit le prénom F d'utiliser, je me détache automatiquement de Moi, Dylan.
Mais c'est ce qui crée cette instabilité au quotidien car ce n'est pas vivable sur la durée...
"You may say I'm a dreamer, but I'm not the only one. I hope some day you'll join us, and the world will live as one"

TAGS95
Gravier
Gravier
Messages : 13
Enregistré le : 01 juin 2018 09:02
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui

Re: Dysphorie ou... Autre ?

Message par TAGS95 » 09 févr. 2020 09:44

garsenn a écrit :
08 févr. 2020 20:16
Salut,
Depuis quand est-ce que ta femme a ressenti ce changement dans ta personnalité ?
Coucou,
De ce qu'elle me dit, c'est depuis le début de notre relation. Sauf qu'elle n'y avait pas prêté attention, et plus on avance ensemble plus elle se rend compte de cet espèce de double personnalité.
La je suis dans une période assez stressante et ca ressort beaucoup plus. Donc elle me l'a dit car ça devient lourd pour elle à supporter.
"You may say I'm a dreamer, but I'm not the only one. I hope some day you'll join us, and the world will live as one"

gavrochetcie
Gravier
Gravier
Messages : 35
Enregistré le : 27 janv. 2020 14:15
Situation : En questionnement
Pronoms : il

Re: Dysphorie ou... Autre ?

Message par gavrochetcie » 09 févr. 2020 13:51

Bonjour,
déjà la schizophrénie n'a rien à voir le syndrome de personnalités multiples (les gens arrêtent pas de faire l'amalgame, j'sais pas d'où ça vient ,mais c'est très pénible quand on sait ce que c'est d'avoir une personne réellement schizophrène dans son entourage) Donc n'écoute pas les gens là dessus.
Ensuite, j'ai simplement envie de te dire que ta façon de voir les choses est légitime et que c'est intrusif de lap art de qui que ce soit de te dire comment vivre tout ça. Enfin, moi je comprends ton ressenti. et je 'naimerais pas qu'on vienne me dire "bah si t'es trans ou uun homme trans faut que tu prennes de la T et que tu imposes ton prénom ou tes pronoms à tout le monde... Ca ne les regarde pas. c'est à toi de voir ce que tu peux gérer à l'instant T. si tu te sens pas capable ou que t'as pas envie d'imposer un pronom, c'est ta décision. en discuter avec un psy serait profitable en effet pour savoir si ça te fait vraiment souffrir. si oui, faut trouver un moyen de surmonter ça, si non, tu envoies balader les gens, c'est ton choix. Personne n'a rien à y redire.
Ce n'est pas de la double personnalité, ce sont tes doutes ou peut-être juste ta façon de gérer ça... et p'tre que ça évoluera ou pas. si je prends mon cas, j'crois pas que j'irai me battre pour une histoire d enom ou de pronom ( je ne parle que de moi, je comprends tout à fait que d'autres le fassent) parce que j'ai pas l'énergie pour ça. je préfère me concentrer sur d'autres sujets, être accepté par les personnes qui me sont importantes et la boulangère du coin, je m'en balance. Pour le moment. P'tre que je dirai autre chose dans deux ans...
C'est un chemin, une route qu'on suit, chacun à notre façon, à notre rythme.
Tu as des limites, elles sont respectables en tant que telles. Ca peut être intéressant de s'interroger dessus, mais pas de se faire culpabiliser parce qu'on ne suit pas , ou pas encore, la voie royale...
J'espère avoir été clair...
Bon courage !

Répondre