Des nouvelles sur ma situation, des conseils, mais également des questions

Relations sociales, acceptation, coming-out...
Répondre
Raël
Gravier
Gravier
Messages : 8
Enregistré le : 02 mai 2019 23:36
Localisation : Vaes Dothrak
Situation : Trans
Genre : Khal
Pronoms : il

Des nouvelles sur ma situation, des conseils, mais également des questions

Message par Raël » 16 août 2019 18:31

Pouf ! Bonjoir, ça faisait longtemps que j’avais pas pointé le bout de mon nez.
Il s’en est passé des choses, positives comme négatives.
On va commencer par les anecdotes négatives, à savoir le point de vue de ma mère sur ma situation. J’ai bien compris à présent qu’elle ne veut pas comprendre dans quel état je suis. Pendant longtemps elle a cru que je « voulais être un garçon », que je suivais une mode, que j’avais choisis, qu’un matin je m’étais réveillé avec l’ambition de faire chier le monde comme elle aime si bien dire. On va pas se mentir, y’en a eu des disputes. Des cris, des insultes, venant uniquement de sa part, et moi qui essayait de toute mes forces de ne pas hurler ou fuguer. Y’a eu du chantage affectif et du chantage au suicide, c’est pas tiptop. Et mon père, qui était pour ainsi dire coincé entre deux camps, qui a essayé de rester neutre le plus possible. Il n’a jamais pris parti, et a toujours essayé de nous calmer chacun de notre côté, donc c’est déjà quelque chose de positif. Par ailleurs, il me pose encore des questions en toute innocence pour s’informer et s’instruire sur la transidentité, donc ça me fait toujours énormément de bien. Je remarque bien qu’il ne comprend pas tout, mais il essaye, et c’est la meilleure chose au monde. Pour en revenir à ma mère, un soir a été la dispute de trop. J’ai faillis finir à la porte, non pas de son geste, mais de ma propre décision. Les insultes à mon égard ont été trop violentes ce soir là. Mais je me suis forcé à rester chez moi, à calmer ma grosse crise de chagrin et de frustration, et j’ai écris une lettre pour mes parents, mais surtout pour ma mère. J’y ai confié tout ce que je ressentais de plus profond en moi, et je peux vous dire, je vous le conseil également, si vos parents ne comprennent pas, écrivez. Le fait de taper sur un clavier ou de faire danser un crayon sur une feuille ajoute une certaine objectivité en plus, du moins, c’est plus facile de mettre de côté sa frustration et sa colère dans ce genre d’exercice, pour fausser le moins possible ce que l’on pense. Car le but, c’est de faire comprendre. Donc à tous les transexuels et transgenre qui sont en conflits avec leurs parents, vraiment, essayez la lettre. Si certains sont intéressés, je peux éventuellement poster ma lettre ici. Bien que serte, ceci est personnel, ça ne me dérange pas de le partager.
Maintenant, suite à cette lettre, ma mère a finit de croire que je fais semblant. Pour elle le sujet est encore tabou, et elle n’arrive toujours pas à accepter que sa fille cherche à être son fils à ces yeux -et ça, je comprends tout à fait que ce soit compliqué, aucun soucis, c’est simplement qu’il y a des accès de colère venant d’elle qui auraient pu être évités-. Mais au moins les insultes ne fusent plus, donc l’atmosphère à la maison est déjà un peu plus légère. Ma grande soeur également à changé son comportement depuis cette lettre, et elle commence à me genrer au masculin, et m’appelle également « mon soeur », ce que je trouve super mignon et gentil de sa part.
J’ai également décidé d’arreter de me forcer à tout accorder au féminin quand je parle avec ma mère. Ce qui a donné une situation plutôt drôle :
-jsuis content
-Contente.
-Ui, content
-Non, contente
-C’est bien ce que je dis, jsuis content
-CONTENTE, t’es une fille
-Ui bah j’ai dis content
-Oh va te faire foutre
J’ai également fait un stage de musique il y a peu, et lorsque j’ai fait mon co à mes camarades de chambre, toutes ont accepté comme si je leur avais dis que j’aimais bien le pain, et une d’elle m’a également confié qu’elle s’en doutait dès l’instant où elle m’a vu, et qu’elle avait attendu que je fasse mon co de moi même plutôt que de me demander.
Après cet immense pavé, voilà la grosse question du jour. Il se trouve qu’a la rentrée je vais occuper un poste de professeur de solfège dans une école de musique. Et vous en conviendrez que me faire appeler madame par la direction, les parents et mes petits élèves -de 6 a 10 ans- va être plutôt... pénible. Comme cela constitue un paquet de personne à prévenir, est il vraiment prudent de le faire ? Certains enfants par leur âge pourraient ne pas comprendre, des parents pourraient être fermés à cela et refuser que j’enseigne, et si à la direction, ce sont des trous du cul, je peux risquer de dire adieu à mon poste. A savoir que c’est un travail qui va m’aider à financer de ma propre poche une partie des dépenses à faire pour les études de direction d’orchestre à l'étranger, je préfère donc avoir et garder un job dans un domaine qui m'éclate, que devoir chercher à me faire embaucher à macdo haha
Bisous bisous et merci d’avoir eu le courage de lire un pavé comme celui ci

zooey
Gravier
Gravier
Messages : 44
Enregistré le : 16 nov. 2016 16:33
Localisation : ardèche
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
Chirurgie génitale : Oui
État civil : Oui

Re: Des nouvelles sur ma situation, des conseils, mais également des questions

Message par zooey » 17 août 2019 16:15

salut,
pour ce qui est des enfants, quand j'ai fait ma transition je travaillais avec des enfants, des ados, dont certains porteurs de handicaps. ça ne leur a pas du tout posé problème, je m'attendais à des questions, mais même pas. Pour ce qui est des parents, idem, aucun n'a refusé que j'approche son enfant. En plus je ne pense pas qu'ils puissent refuser que tu enseignes, tout au plus ils peuvent retirer leur enfant de l'école. Si tu as le soutien de la direction de l'école, je ne pense pas que des parents puissent t'empêcher d'enseigner. Donc à mon sens, c'est surtout sur la direction qu'il faut te renseigner. Si tu as leur soutien il n'y a pas de raison que ça se passe mal.

Répondre