Violence de tous les jours

Relations sociales, acceptation, coming-out...
Répondre
tremtrem
Gravier
Gravier
Messages : 45
Enregistré le : 04 juil. 2018 14:29
Situation : Trans
Pronoms : elle

Violence de tous les jours

Message par tremtrem » 05 avr. 2019 23:24

Bonsoir,
En fait c'est pas la forme parce qu'aujourd'hui c'est la troisième fois qu'on me passe les mains sur le haut du corps pour vérifier si j'ai des seins (des inconnus totaux cette fois, dans la rue, qui essayaient même pas d'être discrets).
Le pire c'est la façon dont ils font genre c'est normal...
Je commence juste à en avoir marre de tout ça en fait ? Depuis que je suis arrivé dans cette ville les gens s'intéressent littéralement qu'à savoir de quel sexe je suis ou à me parler de mon genre ou de mes organes génitaux. Et là c'était trop en mode « si y avait un truc à tripoter ou auquel m'agripper je le ferais ». C'était limite comme quelqu'un qui appuyait sur une pâte à gâteau ou euhhh la lisser ou quoi ou foutait sa main dans une boîte en appuyant et tournant au hasard pour trouver quelque chose...
En plus aujourd'hui je suis allé à la Mission Handicap. Au début de l'année j'avais rien fait de ce côté-là parce que quand j'étais allé au SIUMPPS on m'avait posé plein de questions sur mes organes génitaux et fait genre informé et tolérant sans jamais me genrer correctement et en me traitant limite comme une bestiole de foire, rien à voir avec un quelconque protocole : j'étais là pour des problèmes d'hypoglycémie, on m'a même pas demandé si j'étais diabétique comme le protocole le demande, au moment de lire mon taux de glycémie on insistait que j'avais pas mangé juste avant de venir et que je mentais en disant manger les midis alors que c'était le cas et que ça change la façon dont on interprète le taux de glycémie... d'ailleurs elles arrivaient pas à me le prendre avec le « stylet-aiguille »... enfin bref on me posait plein de questions sans nécessité médicale juste par curiosité... finalement, pour revenir au sujet, une prof m'a dit que je pouvais encore avoir des accommodations, mais franchement j'en veux pas vraiment ? et surtout je dois passer de nouveau par le SIUMPPS pour ça et j'en ai vraiment pas envie, c'était super humiliant la dernière fois et j'ai dû passer par plusieurs personnes humiliantes.
J'en reviens toujours pas de ce qu'il s'est passé avant tellement c'était pas discret et wtf. Les gens arrêtent pas de détailler mon apparence quand je marche dans la rue,, de débattre de mon genre ou ou m'insulte ou quoi.
Une amie m'a conseillé d'aller dans des assos trans, mais c'est encore plus déprimant... c'est pas contre le *rôle* de ces assos, mais par exemple je n'arrive pas à m'y intégrer, les gens me disent que je suis un garçon ou parlent de corps, je n'ai pas l'impression qu'avoir une conversation là-bas soit naturel pour moi et des gens me font de blagues sur le fait d'être un garçon un peu virilistes, mais genre... me disent que c'est différent parce qu'ils font les blagues pour se moquer des gens qui les font habituellement ? C'est juste affreux qu'ici j'ai plus d'identité en tant qu'humain, je suis bloqué pour tout, ma vie supposément tourne autour de ça alors que je suis une personne, on n'arrête pas de me répéter les mêmes choses en mode c'est ouvert d'esprit... le pire c'est la quantité de gens qui en parlent tous les jours en pensant que je les entends pas ou quoi... ou les gens qui me parlent d'office de genre... je veux juste qu'on laisse mon corps tranquille, vraiment j'en ai marre, c'est tout le temps comme ça et en plus les gens me touchent ou cherchent tout le temps à prouver que je suis d'un genre ou l'autre et même les personnes trans comprennent pas que je puisse avoir une autre identité de genre que celle qu'elles présupposent ou une expérience différente de la leur... c'est étouffant.
Et ce qui m'est arrivé aujourd'hui me fait me sentir mal, c'était tellement wtf j'ai juste su rester calme et essayer de pas faire escalader la situation (j'avais bien vu qu'y avait deux personnes, pas beaucoup d'espace et que je suis malade, et je voulais pas non plus attirer l'attention sur moi, mais c'était horrible).
J'en ai juste marre que tout le monde soit obsédé par mon corps ou ce qu'ils veulent que je sois....

Max804
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 417
Enregistré le : 22 sept. 2018 16:36
Situation : Trans
Pronoms : il
Chirurgie du torse : Oui

Re: Violence de tous les jours

Message par Max804 » 06 avr. 2019 11:05

Purée j'hallucine de ce que se permettent les gens... genre des inconnus qui veulent te toucher comme ça mais wtf!!! courage!! courage!! On le sait qu'il y a plein de cons qui se permettent pleins de trucs de fou, notamment dans les milieux médicaux / paramédicaux... mais bon... après je sais pas si la bonne technique c'est vraiment de rester calme et/ou ironique etc...des fois je crois qu'il faut remettre les gens à leur place sèchement voir avec un minimum d'agressivité pour qu'ils réalisent leur connerie....et contrairement à ce qu'on peut craindre, le fait de se montrer ferme et sec voire menaçant n'augmente pas nécessairement l'agressivité du / des interlocuteurs / harceleurs...
Bref, courage en tout cas!
Quant aux assos trans... dommage que tu n'aies pas pu rencontrer des gens avec qui ça se passe bien, il y a toute sorte de gens partout, y compris dans les assos...et bon ben ça passe ou pas... mais en tout cas j'espère que tu as quand même du soutien de proche autour de toi, que tu n'es pas complètement isolé quoi...!

tremtrem
Gravier
Gravier
Messages : 45
Enregistré le : 04 juil. 2018 14:29
Situation : Trans
Pronoms : elle

Re: Violence de tous les jours

Message par tremtrem » 06 avr. 2019 15:51

C'était pas ça ma peur, c'était l'attention des autres personnes dans l'environ et le fait d'être mégenré par encore plus de gens et d'attirer plus d'attention et de gens qui parlent de moi à la troisième personne sans en avoir rien à foutre que je sois une personne moi-même... J'ai eu des tas de mauvaises expériences à Marseille où des gens se moquaient de moi parce que je suis trans, me suivent partout, etc. et les personnes qui après y prêtent attention me genrent immédiatement au féminin. (Alors que ça arrive pas autrement, c'est complètement con.) Y a aussi tous les cas où t'es vu comme un agresseur pour t'être défendu. Et à cette vitesse de réflexion je peux pas nécessairement décider d'être agressif ou non, c'est ce qui me vient le premier qui se passe, ça se passe très vite. Généralement c'est plus la nuit quand je suis seul avec les emmerdeurs (et donc justement quand y en a le moins !) que je deviens agressif, en tout cas à Strasbourg parce qu'y a pas beaucoup de « témoins » pour mon agressivité la nuit donc inconsciemment moins de risque social/légal pour moi. Et le truc qui rend le plus difficile le fait d'être agressif c'est que souvent les gens sont justement pas ouvertement agressifs, ils font comme ceux qui forcent les enfants ou ados à baiser ou faire des trucs sexuels, comme si c'était normal et une conversation normale. La plupart des agressions c'est pas juste des agressions, les gens essaient à fond de le présenter comme normal et ça m'arrive depuis mes 10-11 ans qu'on utilise cette technique, ça marche toujours même si moins, à cause de la façon dont le cerveau perçoit les choses. Ça rend plus difficile le fait de se rendre compte totalement de ce qu'il se passe si ça t'est pas arrivé suffisamment de fois auparavant, vu que c'est normalisé, et qu'on t'a traité toi comme malpoli/méchant/anormal si tu as réagi comme si c'est anormal par le passé (même les passants). Je sais pas si tu comprends bien. Même si tu sais que c'est anormal sur le moment c'est pas présenté comme ça et ça « hacke » ton cerveau surtout si le reste du monde ne réagit pas et trouve ça normal aussi. Genre c'est pas tant que ça une décision sur le moment, mais semi-consciemment je vois qu'y a plein de monde autour de moi, pas beaucoup de place, etc. et mon cerveau prend une décision ou l'autre et continue sur celle-la, surtout que comme ils fermaient pas leurs gueules pour faire la conversation en mode « c'est normal » je pouvais pas penser autant que si c'était juste une agression vu que mon cerveau était aussi sur ça et sur l'environnement en plus de l'attouchement. C'était pas vraiment un choix de rester calme.
En fait l'autre problème c'est que même si je connais des gens, j'ai l'impression qu'y a genre un fossé entre moi et d'autres personnes. Je ne suis proche de personne ici, pas exactement. Et les personnes qui sont loin même si elles me soutiennent sont loin ? Donc ce n'est pas pareil. Je ne sais pas comment expliquer.
Merci pour ton message

Max804
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 417
Enregistré le : 22 sept. 2018 16:36
Situation : Trans
Pronoms : il
Chirurgie du torse : Oui

Re: Violence de tous les jours

Message par Max804 » 06 avr. 2019 17:50

Si si je comprends ce que tu dis. Je sais bien que la manière dont on réagit n'est pas forcément le résultat d'une décision. Surtout devant des gens pernicieux qui parlent de soi à la troisième personne ou qui agresse sans avoir l'air de le faire...cette manière d'abuser, de retourner les choses... Ton expression "ça hacke ton cerveau" est bien trouvée d'ailleurs... Et sur le fossé entre soi et les autres...la distance..le fait d'être proche de personne...du coup je t'envoie autant que possible de soutien par la voie de ce message mais ce n'est pas grand chose malheureusement...

tremtrem
Gravier
Gravier
Messages : 45
Enregistré le : 04 juil. 2018 14:29
Situation : Trans
Pronoms : elle

Re: Violence de tous les jours

Message par tremtrem » 08 avr. 2019 12:36

Je me sens un peu mieux, je devais aller à Montpellier pour observer un enclos du zoo pour l'un de mes cours. Au final j'ai dormi chez une amie d'Internet et je me suis senti très bien chez elle, ça m'a changé les idées et fait me sentir moins seul. Elle m'a dit que je pouvais revenir quand je voulais :)

Répondre