PMA en Espagne (Girexx)

Être parent et trans
Avatar du membre
PauSG
Gentil Modo
Gentil Modo
Messages : 1851
Enregistré le : 30 oct. 2016 22:56
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : Mec trans
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui
Contact :

Re: PMA en Espagne (Girexx)

Message par PauSG » 27 août 2020 11:26

Bravo ! 4 blastocystes c'est génial !

Est ce qu'ils vous ont évoqué la "qualité" des blasto ou pas ? Je ne sais pas exactement ce qu'ils mesurent, mais lors des transferts ils nous avaient dit si il trouvaient le blasto "top" ou un peu moins bien. Ca ne joue évidemment pas sur l'éventuel enfant, mais ça peut changer un peu les chances.

Ils vous laissent choisir entre le transfert d'un ou deux?

J'espère que vous pourrez faire tranquillement le transfert en septembre.
Le blog de mon parcours: http://transboiramble.blogspot.fr/

Bacon
Gravier
Gravier
Messages : 19
Enregistré le : 13 juil. 2020 22:10
Situation : Trans
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui

Re: PMA en Espagne (Girexx)

Message par Bacon » 28 août 2020 20:30

J'avoue que c'est la meilleure nouvelle qu'on a eu depuis un moment maintenant !

Il y a un blastocyste "étendu" et trois autres "initiaux". Ils ont parlé de qualité B.
C'est assez flou mais je comprends qu'il y en a un de mieux que les autres.

Ce sera à confirmer par le docteur mais il semble qu'ils nous laissent choisir le nombre.
On est chaud pour tenter le transfert de deux embryons malgré le risque de grossesse multiple.
On aurait déjà un enfant je dis pas qu'on oserait mais là, ça commence à faire longtemps qu'on est embarqué là dedans et on se dit qu'au pire, on aurait pas à recommencer toutes ces démarches dans quelques années ;)

Bacon
Gravier
Gravier
Messages : 19
Enregistré le : 13 juil. 2020 22:10
Situation : Trans
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui

Re: PMA en Espagne (Girexx)

Message par Bacon » 13 mai 2021 09:54

Je me demande si je viendrais ici un jour partager de bonnes nouvelles…

On est sur notre première FIV depuis juillet 2020. Après la ponction réalisée avec succès fin aout (4 blasto) nous avons voulu enchainer sur un transfert de deux embryons le mois suivant.

On prépare donc le corps de madame : patch d’œstrogène et ovule de progestérone tous les jours. La veille du départ pour l’Espagne on fait un dosage de la progestérone, le taux est ridiculement bas, les chances que les embryons s’accrochent est quasi nulles, on annule tout.

Il s’avère qu’elle n’assimile pas la progestérone nous cette forme. Le mois suivant on remplace les ovules Utrogestan (remboursées par la sécu) par des injections de Progiron (12 euros l’ampoule, non remboursées par la sécu). Le dosage est bien meilleur mais toujours pas assez haut, on passe à deux injections par jours (24 euros par jour, à maintenir pendant 2 mois, je vous laisse faire le calcul).

Le transfert se déroule quasi comme une insémination. Les seules différences c’est que c’est fait sous contrôle echographique pour être sur de déposer les embryons au bon endroit, et après le transfert la grosse seringue est vérifiée au microscope pour être sur que les embryons ne sont pas restés coincés dans le tube.

L’attente la semaine suivante nous parait interminable, ma femme est persuadée que quelque chose ne va pas. Pourtant le test est positif malgré un taux assez bas mais… le suivi de l’évolution de la beta hcg sur 8 jours lui donne raison, ca fait du yoyo, un coup trop bas un coup trop haut, l’évolution n’est pas constante, ça sent pas bon. L’échographie confirmera que la grossesse est non évolutive, il faut arrêter le traitement en espérant que les règles reviennent naturellement. Sauf que ca veut pas… il faut donc se rendre à la clinique pour une IVG médicamenteuse... Et grâce au Covid, n’était pas concerné par cette grossesse on ne me laisse même pas accompagner ma femme qui doit subir cette épreuve seule. Je garde un souvenir horrible de l’ensemble de cette tentative, on n’a pu se réjouir à aucun moment, ca n’a été qu’une longue succession d’angoisses et d’incertitudes.

De retour, elle me dit avoir besoin de prendre un ou deux mois de pause, et vouloir en profiter pour faire des examens pour approfondir suite à nos deux grossesses non évolutives. La gynéco nous explique que normalement on fait ces tests après 3 fausses couches, mais compte tenu de la situation elle accepte. Il s’agit essentiellement d’une énorme prise de sang qui vérifie tout un tas de choses que j’ai déjà oublié ainsi qu’un caryotype. Elle nous parle également d’une hystérescopie mais c’est parait-il assez invasif et surtout recommandé lorsque les embryons ne s’accrochent pas, ce qui n’est pas notre cas (au contraire, on galère à chaque fois pour les évacuer quand la grossesse s’arrête) donc on se met d'accord pour ne pas le faire.

Tous les tests sanguins (plus d'un mois pour les résultats !) se sont révélés conformes sauf le caryotype qui a remonté la mutation MTHFR. La gynéco nous demande donc de voir un généticien pour en savoir plus. Au final le rendez-vous se révèlera peu instructif : des études disent que cette mutation peut être responsable de fausse couche (mais pas de grossesses non évolutives comme c’est notre cas), d’autres disent l’inverse, en clair personne ne sait, peu de gens cherchent. On part tout de même rassuré lorsqu’il nous explique que c’est une mutation très courante dont 10% de la population est porteuse.

Bref, avec tout ça, on est déjà en avril quand on part pour le second transfert. On pensait n’être que stress et pression après le précédent échec et le fait que ce soit nos deux derniers embryons mais finalement tout se déroule dans une relative légèreté (bon ok, très relative, on est dans un parcours PMA …). Quelques jours après le transfert elle a des petits saignements qui pourraient ressembler à des saignements d’implantation et elle sent que « ça travaille ». Le premier test de beta hcg est bon yay ! Sauf que… 48h après le second test ne montre aucune évolution ce qui veut indiscutablement dire qu’on est à nouveau face à une grossesse non évolutive… Nous voilà donc de retour dans étape assez inconfortable où on sait que c’est fini mais où c’est pas encore vraiment fini et où on ne sait pas combien de temps ça va prendre….

La gynéco essaye de se montrer rassurante, met en avant le fait qu’on a eu plein de follicules, plusieurs blasto, 3 accroches… c’est donc que la machine fonctionne, mais il est difficile de comprendre pourquoi à chaque fois les embryons arrêtent d’évoluer si rapidement. Il parait que c’est très courant, surtout en PMA, mais ce n’est pas plus réconfortant.

L’idée de devoir reprendre une FIV complète et repasser par une ponction ne nous emballe pas, mais en même temps puisque tous les embryons de la première FIV n’ont rien donné, on se dit que c’est possiblement lié au donneur donc autant essayer avec un autre…

En attendant, le temps passe, le compte en banque se vide, et moi je me demande combien de déception on pourra encore endurer :(

Avatar du membre
PauSG
Gentil Modo
Gentil Modo
Messages : 1851
Enregistré le : 30 oct. 2016 22:56
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : Mec trans
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui
Contact :

Re: PMA en Espagne (Girexx)

Message par PauSG » 14 mai 2021 16:47

Je suis vraiment désolé de lire ton message Bacon, ça me replonge dans nos 2 ans d'essais avec ma femme, ou on enchaîne les mauvaises nouvelles et les déceptions et personne ne pouvait nous dire vraiment pourquoi.
Je vous envoie tout mon soutien et j'espère que ça va prendre très vite !
Le blog de mon parcours: http://transboiramble.blogspot.fr/

Schnappi
Gravier
Gravier
Messages : 27
Enregistré le : 05 févr. 2017 14:04
Situation : Trans
Pronoms : Il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
État civil : Oui

Re: PMA en Espagne (Girexx)

Message par Schnappi » 05 juin 2021 10:58

Salut Bacon,

je suis triste pour vous que les choses soient si compliquées... Tu avais parlé éventuellement de faire les démarches à Montpellier, vous avez laissé tombé cette option? Je pense surtout au côté financier qui doit certainement rajouter un côté lourd à toutes ces déceptions...

Répondre