Ou faire une PMA à Paris ou banlieue?

Être parent et trans
Répondre
Avatar du membre
moustache
Gravier
Gravier
Messages : 2
Enregistré le : 11 févr. 2019 22:49
Localisation : Ile de France
Situation : Trans
Genre : Mec trans
Pronoms : Il Lui
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui

Ou faire une PMA à Paris ou banlieue?

Message par moustache » 11 févr. 2019 23:06

salut à tous,
je viens enfin d'avoir mon CEC et ma carte d'identité; on attendait ça avec ma femme pour faire tenter une PMA en France. Auriez-vous des centres de PMA à conseiller/déconseiller à Paris ou Banlieue (plutôt banlieue sud) ?
On a peur d'être mal reçus...
Merci pour vos réponses :)
Moustache

Avatar du membre
PauSG
Gentil Modo
Gentil Modo
Messages : 1240
Enregistré le : 30 oct. 2016 22:56
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : Mec trans
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui
Contact :

Re: Ou faire une PMA à Paris ou banlieue?

Message par PauSG » 12 févr. 2019 10:22

Si vous êtes en Ile de France, je vous conseille d'aller à Jean Verdier ou à Tenon. Les équipes la bas sont sensibilisées aux transidentités, vous devriez y être bien reçus.
Le blog de mon parcours: http://transboiramble.blogspot.fr/

Avatar du membre
Pyth
Caillou
Caillou
Messages : 77
Enregistré le : 29 août 2018 15:02
Localisation : Marseille
Situation : Trans
Genre : M
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui

Re: Ou faire une PMA à Paris ou banlieue?

Message par Pyth » 13 févr. 2019 19:13

Pour avoir été reçu par elle, la psy du CECOS Tenon est vraiment cool. Si tu prends rendez-vous là bas, passe par elle plutôt que par les gynéco qui sont vraiment à la masse. Je peux fournir son nom / adresse mail par MP

couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 779
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui

Re: Ou faire une PMA à Paris ou banlieue?

Message par couss » 13 févr. 2019 23:33

Je veux bien également Pyth
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

Avatar du membre
moustache
Gravier
Gravier
Messages : 2
Enregistré le : 11 févr. 2019 22:49
Localisation : Ile de France
Situation : Trans
Genre : Mec trans
Pronoms : Il Lui
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui

Re: Ou faire une PMA à Paris ou banlieue?

Message par moustache » 18 févr. 2019 15:14

Merci beaucoup pour vos réponses! Je prends volontiers les infos en MP Pyth

Avatar du membre
Pyth
Caillou
Caillou
Messages : 77
Enregistré le : 29 août 2018 15:02
Localisation : Marseille
Situation : Trans
Genre : M
Pronoms : il
Suivi psy : Oui
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
État civil : Oui

Re: Ou faire une PMA à Paris ou banlieue?

Message par Pyth » 18 févr. 2019 17:42

Je vous ai envoyé ça par MP :)

couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 779
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui

Re: Ou faire une PMA à Paris ou banlieue?

Message par couss » 11 mars 2019 21:07

Je fais un petit retour sur l'hôpital tenon car j'y suis allé la semaine dernière.
Pour un provincial comme moi c'est grand comme hôpital mais vous avez la possibilité d'imprimer le plan de la clinique disponible sur leur site. Le bâtiment c'est le Lorier et les consultations se font au -1. Je précise car en demandant à l'accueil on a eu le droit à tout et son contraire...

Je rejoins Pyth, la psy est très sympa. En revanche, elle n'est pas médecin, elle explique la procédure dans l'ensemble mais les questions pointilleuses elle ne pourra pas répondre. Ceci dit comme je lui avais envoyé mes questions par mail, elle avait fait ses recherches. J'ai été correctement genré alors que je ne suis pas sous testo et elle était vraiment très respectueuse.

Petite précision, elle préfère qu'on prenne RDV via l'accueil plutôt que directement par sa boîte mail et précise que c'est un RDV d'informations mais ça ne nous lance pas dans le programme directement.

Je poste les questions que nous lui avions posé avec les réponses faites :

L'âge de ma compagne est-il un frein en France pour pouvoir accéder à la conservation ?

Ma compagne a 38 ans, ce n'est pas un frein pour une PMA, en revanche la conservation ne lui est pas ouverte car le motif de l'âge n'est pas recevable en France pour accéder à une conservation. Mais pour une PMA, ils accompagnent plusieurs femmes de plus de 40 ans. Ceci dit, elle lui a conseillé de faire des tests de fertilité pour pouvoir nous projeter davantage.

Combien de temps prennent les démarches en France ?
Quand on a le CEC et qu'on est avec une femme, on est un couple hétéro. Il faut attendre le CEC (papiers changés par juste la décision du tribunal) et ensuite lancement de procédure + environ 1,5 ans pour avoir un donneur. Possibilité de raccourcir le temps d'attente si de supers amis à vous acceptent de faire des dons de sperme et d'ovocytes.

Quel serait le coût ?
Gratuit

Est-ce que le CECOS réclame un suivi de notre enfant comme certains le demandent ?
À l'hôpital Cochin oui mais pas à Tenon.

Faut-il être mariés ?
Non, et il n'y a pas de recherches particulières pour savoir si on vit bien ensemble, c'est juste déclaratif.

Dois-je avoir obtenu mon changement d'État civil ?).
Obligatoire pour une PMA

Peut-on tout de suite demander une FIV ?
Oui, dans notre cas au vu de l'âge de ma compagne, on peut.

Notre enfant peut-il rencontrer le donneur s'il le souhaite un jour ?
Non mais ça changera peut être à l'avenir

Pouvons-nous également le rencontrer ? (Par exemple en cas de graves soucis médicaux où nous aurions besoin de renseignements que seul lui détient).
Même réponse que précédemment, ils ont déjà beaucoup de données sur le donneur et si ce dernier après avoir donné s'aperçoit qu'il y a un soucis de santé d'ordre génétique, il prévient la clinique qui nous prévient.


Puis-je faire conserver mes ovocytes ?
Oui à condition d'avoir ma fertilité menacée. La testo n'est pas un argument valable car les dernières recherches ont l'air de dire que ça ne menace pas la fertilité. En revanche pour les femmes trans la fertilité est préservée car les traitements sont plus menaçants. Si vous avez prévu de faire l'hystérectomie c'est bon et on ne vous demande pas de preuves (comme un devis de chirurgien).

Est-il possible pour ma compagne de faire une FIV avec mes ovocytes ?
Non pas en France à l'heure actuelle car les dons dirigés sont interdits mais il espèrent que les états généraux de la bioéthique nous permettront de faire sortir nos gamettes du pays pour les envoyer dans un autre pays comme l'Espagne ou la Belgique afin de procéder à une FIV là bas.
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 779
Enregistré le : 30 mai 2017 22:51
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui

Re: Ou faire une PMA à Paris ou banlieue?

Message par couss » 16 avr. 2019 08:14

Suite de mon post précédent :

J'ai eu RDV le 12 avril avec le dr A-Y N, qui est gyneco à l'hôpital Tenon. Ce RDV fait suite à ma rencontre avec le dr M, qui est psy là bas. Cela s'inscrit dans un projet de parentalité. Nous avions entendu parler il y a deux mois de l'hôpital Tenon, apparemment plus ouvert sur la transparentalité donc nous nous étions dirigés vers celui-ci. Le RDV avec le dr M s'était hyper bien passé, je n'en dirais pas tant avec le dr A-Y N…
Lors du premier RDV, le dr M nous avais parlé de deux options. La première faire conserver mes ovocytes dans l'espoir qu'un jour la loi me permettent de les transférer à l'étranger et ainsi que ma chérie puisse les utiliser lors d'une FIV. La deuxième option, attendre mon CEC et ainsi devenir "un couple hétérosexuel" et accéder à la PMA.
J'ai rencontré le dr A-Y N pour la première option. Alors déjà, l'hôpital est hyper mal foutu, on est arrivé à l'heure au lieu indiqué sur la convocation, on nous a dit que ce n'était pas là mais à l'autre bout de l'hôpital et au final en s'y rendant on nous a demandé de revenir au lieu de départ, résultat 15 minutes de retard et le dr A-Y N nous l'a reproché… Ensuite lors du RDV j’ai surtout eu droit à ses questions et ses préjugés...
Elle m’a demandé si la femme qui m’accompagnait était ma mère (à la rigueur ça peut arriver mais tout de même). Elle a demandé si ce n’était pas difficile pour ma femme d’être avec une personne FtM vu qu’elle était lesbienne, jamais je n’ai dit qu’elle l’était mais visiblement ça lui semble impossible qu’une femme hétéro puisse être avec un FtM, quand je lui ai dit qu’elle était bi elle a fait une drôle de tête, genre c’est quoi cette sexualité…
Elle m’a demandé si j’avais déjà eu des rapports sexuels et si j’étais toujours vierge, je lui ai dit que j’en avais avec ma femme, elle a donc décrété que je n’en avais pas et que j’étais vierge. Elle m’a demandé si j’avais eu des rapports avec des hommes et lorsque j’ai dit oui, elle a eu l’air dérangée. Je n’ai précisé à aucun moment quelle sexualité j’avais avec des hommes. Clairement pour elle un rapport sexuel c’est un pénis qui rentre dans un vagin, le reste ça ne compte pas, ce ne sont pas des vrais rapports.
Elle m’a demandé si j’étais suivi dans une équipe, elle n’a pas parlé explicitement de la Sofect mais ça y ressemblait, j’ai répondu que non, que je choisissais mes praticiens et j’ai dû m’expliquer sur ça. J’ai aussi dû expliqué pourquoi je n’avais pas encore le M sur la carte d’identité, et lorsque j’ai utilisé l’expression marqueur de genre, j’ai bien senti que ça la faisait sourire (mais pas le gentil sourire, plutôt celui d’une personne qui juge).
Elle m’a demandé si ce n’était pas dur pour mes parents et mes sœurs, j’ai répondu que non, et que pour mon travail c’était pareil tout le monde le prenait bien (visiblement, les gens doivent souffrir de notre transition ). Elle trouvait ça très bien que je ne transitionne pas devant mes élèves.
Je lui ai dit que j’étais sous décapeptyl et je voulais savoir si je devais l’arrêter pour faire la conservation, elle m’a dit que oui. Or c’est faux, j’ai un ami dont la femme a l’endométriose et qui a le même traitement et elle n’a jamais dû arrêter. Je lui ai donc dit et donc elle a changé de version. Elle m’a demandé si je prenais le décapeptyl après mes règles alors que ça sert justement à arrêter le cycle, c’est un traitement courant pour les personnes ayant l’endométriose, je suis plus que surpris qu’un.e gyneco ne sache pas ça. Elle m’a parlé d’anesthésie générale pour la ponction, j’ai répondu que j’avais une anesthésie prévue le 18 juin et j’ai demandé si ça pouvait être violent pour le corps d’en faire deux à quelques jours d’intervalle, selon elle non (ce que tous mes médecins me déconseillent pourtant).
J’ai dû préciser les opérations que je voulais notamment détailler la phalloplastie.
Et plus d’une fois elle m’a rappelé que le dossier passait en commission, qu’ils ne sont pas habitués à faire face à de telles situations, etc.

Bref j’ai bien compris que ça la dérangeait de toute manière. J’ai été mieux traité par la secrétaire à l’accueil que par elle. De plus, je ne comprend pas pourquoi ce type de questions, elle est gynéco pas psy et le dr M m'avait posé plusieurs questions mais de façon respectueuses et je comprenais dans quel cadre, là même pour les questions gyneco j'avais l'impression d'en savoir plus qu'elle et je n'ai pas osé poser les questions que je voulais.
Donc j’abandonne, je me dirige vers Barcelone, les gens jugeant comme ça ça ne m’intéresse pas. Je reste dans leur processus pour le moment pour qu’on me prescrive les exams que je fais ensuite gratuitement pour envoyer ensuite les résultats en Espagne.
ça ne concerne pas exactement la PMA mais plutôt la vitrification, donc peut être que sur la PMA on tombe sur des gens plus responsables et respectueux.
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

Répondre