Peur de la détransition

Astuces, questionnements et conseils pour passer au masculin sans aide médicale
Avatar de l’utilisateur
Bluepoppy
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 318
Inscription : 13 Nov 2016 22:09
Situation : Trans
Genre : Non binaire
Pronoms : Il

Re: Peur de la détransition

Messagepar Bluepoppy » 18 Nov 2017 19:12

Pareil que Mystère, je suis en train de diminuer mon dosage hormonal en vue d'arrêter le traitement mais ce n'est à mes yeux qu'une autre étape de transition, c'est à dire qu'il s'agit de transition vers ce qui me convient le mieux et pas vers un modèle masculin aussi proche du cisgenre que possible. Du coup il est difficile de te répondre avec précision.

Apeiron
Caillou
Caillou
Messages : 93
Inscription : 24 Oct 2017 08:53
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : M
Pronoms : il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
État civil : Oui

Re: Peur de la détransition

Messagepar Apeiron » 19 Nov 2017 00:27

Et moi je prends de la T mais j ai de toute façon un taux de T assez bas, alors que dire? :mrgreen:

Sérieusement, je ne pense pas que la "détransition" doive te causer des angoisses quelconques, il n appartient qu à toi de créer une unité cohérente (pour toi) de tes diverses décisions.

couss
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 314
Inscription : 30 Mai 2017 22:51
Âge : 27
Localisation : sarthe
Situation : Trans
Genre : plutot masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui

Re: Peur de la détransition

Messagepar couss » 19 Nov 2017 11:13

Que crains tu exactement ? De ne pas réussir a "aller jusqu'au bout du chemin " comme le préconisent certains clichés (merci les médias). Prendre la T à vie, être un fada de la muscu, faire la mammec, l'hystérectomie, la vaginectomie et la phallo ? Parce que beaucoup de trans ne font pas toutes ces étapes. L'objectif est de trouver ton point de confort et tu peux faire certaines étapes et pas d'autres ou prendre la T que pour un temps pour avoir certains effets comme la voix et puis la stopper et garder des traits plus androgynes. Ce ne fera pas de toi un faux trans ou un faible ou je ne sais quoi d'autres.
Ou alors tu parles de detransitionner pour une question de regret, te dire que ton genre n'est en fait pas masculin et vouloir revenir en arrière ? Peut être devrais tu t'interesser à la non binarité ou au fait d'être gender fluide. Le genre ne se résume pas à des cases mais est un curseur qu'on place où on veut sur une droite et qui peut bouger. Ne te lance pas dans des étapes médicales sans être certain de les vouloir et pour la T renseigne toi car tu peux décider de la prendre à vie ou que pour un temps. Pour ma part, j'ai choisi de la prendre mais je me laisse un temps d'adaptation pour voir si je fais l'hystérectomie ou si je préfère la stopper et rester avec un corps plus androgyne. Ce ne sera pas detansitionner, ça fera juste partie de mon parcours
Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s'habitueront.
René Char.

Avatar de l’utilisateur
Bluepoppy
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 318
Inscription : 13 Nov 2016 22:09
Situation : Trans
Genre : Non binaire
Pronoms : Il

Re: Peur de la détransition

Messagepar Bluepoppy » 19 Nov 2017 17:45

De ce que je sais, pour ce qui est d'une détransition au sens de "revenir à un genre féminin aussi proche du cisgenre que possible dans le physique", si l'hystérectomie est pratiquée et un traitement de testostérone arrêté, le corps ne fabrique plus d'hormones féminines en quantité suffisante et il va sans doute falloir prendre un traitement hormonal similaire à celui des MTF pour rester en bonne santé. Si l'hystérectomie n'a pas encore été pratiquée, le corps doit reprendre la production d'hormones féminines et prendre le relais de la testo, auquel cas les effets définitifs tels que la voix et la pilosité bougeront assez peu, tandis que la répartition des graisses et la musculature ont des chances de revenir à un point pré T. Même si la mammectomie a été pratiquée, il peut reparaître une petite poitrine du fait du stockage de la graisse à cet endroit, mais ça ne ressemblera pas à la poitrine pré-mammec. Je pense qu'il est possible d'avoir un passing féminin sans trop de problème si l'expression de genre va dans ce sens, même si la voix restera "muée". Tout ça dépend évidemment du temps pendant lequel des hormones auront été prises, et de la rapidité à laquelle elles auront agi, qui varie suivant les personnes.

Je ne peux que t'encourager à bien réfléchir à chaque élément éventuel de transition médicale pour voir s'ils peuvent te convenir, en sachant que ça peut évoluer. La question n'étant pas forcément le fait de coller à telle ou telle définition d'un genre mais bien d'être à l'aise dans ta peau. Si tu n'es pas à l'aise maintenant avec le fait de prendre ce traitement, ne le prend pas. Comme d'autres l'ont dit, tu peux garder l'ordonnance comme un joker, et savoir que tu as le pouvoir de le prendre quand tu le désireras, que tu ne seras plus dans cette position où c'est une quête désespérée. Je pense qu'il vaut mieux attendre un peu, quitte à mettre par écrit ce que tu ressens, essayer de dessiner peut être la personne que tu veux être, chercher à imaginer d'autres possibilités. Qu'est-ce qui se passe si tu te donnes plusieurs mois pour reprendre le temps de définir ton genre, ré-évaluer ton ressenti vis à vis de tel ou tel pronoms, apparences, etc ? Comment te projettes tu dans l'avenir si tu tentais une "transition vers le féminin", ou en restant dans un entre-deux plus neutre, fluide, ou alors si tu pars en mode transition médicale avec la testo, jusqu'à quel point as tu envie de te masculiniser, est ce que tu veux une voix grave, avoir plus de muscles....? Si tu envisages mettons, prendre de la testo à vie, comment tu l'imagines ? Et si tu pars sur six mois, deux ans... ? Tu peux aussi prendre des doses réduites pour te donner plus de temps pour t'habituer et voir venir les changements.

Il n'y a pas de questions inutiles, il faut se laisser le droit au doute, pas comme une peur qui mine mais comme le fait que tu peux être absolument qui tu veux, tu n'es prisonnier d'aucune voie toute tracée. Tu as le droit de te laisser du temps, et si tu décides que merde, en fait c'est pas ça, que tu veux vivre quelques années comme fille au moins pour voir ce que ça fait, et bah vas-y ! Peut être qu'au moment où tu t'autoriseras cette liberté, tu arriveras aussi à savoir ce que tu veux. La peur vient surtout de ce qu'on s'interdit de penser.
Je n'ai pas envie de te dire que la peur c'est quelque chose d'anodin qui passera forcément quand tu passeras à l'action. On est tous différents, et ta peur est légitime. Peut-être que tu as l'impression de t'être beaucoup construit au contact des autres et que tu crains de ne pas te connaître vraiment. Dans ce cas tout ce qu'il te reste à faire c'est d'aller à la rencontre de toi-même. Néanmoins, ton histoire et les rencontres, c'est aussi ce qui fait notre identité. Personne n'a un genre "pur", déterminé dès la naissance. Tu pars avec des cartes pré-déterminées, mais tu te construis aussi toi-même par-dessus.


Revenir vers « Vivre son identité pré-transition »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité