Qui suis-je, où vais-je ?

Astuces, questionnements et conseils pour passer au masculin sans aide médicale
Avatar du membre
Moony-Shanks
Gravier
Gravier
Messages : 11
Enregistré le : 21 avr. 2019 18:14
Localisation : Vosges
Situation : En questionnement
Genre : Féminin
Pronoms : Il
Contact :

Qui suis-je, où vais-je ?

Message par Moony-Shanks » 21 avr. 2019 23:48

Bonjour, bonsoir à tous.

Comme mis dans mon profil, je suis un individu en questionnement.
Ca fait un moment maintenant que j'ai des doutes, et j'arrive toujours pas à m'en débarrasser. Je sais bien que je vais pas me lever un matin "oh bah jsuis trans" ou "oh bah jsuis cis", que ça va prendre du temps avant que je sois sûr.

Mon questionnement vient surtout du fait que j'aime pas les trucs "clichés" de fille. Genre pas du tout. Robes ? Berk. Jupes ? Berk. Maquillage ? Berk. Bébés ? Berk. Je sais que j'ai le droit d'être une fille qui n'aime pas les robes et les enfants, et que ça ne fait pas de moi un homme ou une "non-fille".

Il faut savoir que j'ai vécu 15ans avec ma mère (je lui parle plus depuis genre 2ans et heureusement pour moi) qui voulait à tout prix me rendre féminine, et qui m'a bien dit que j'étais une honte parce que j'aimais pas le maquillage et les robes, qu'elle avait honte de marcher avec moi dans la rue ou au supermarché, parce que "les gens vont dire que t'es pas féminine et que t'es moches, tu me fais honte" (merci maman)

Mais je sais pas, j'ai jamais été très attirée, même enfant, par les "trucs de fille". A choisir, entre un poupon et un garage, je prenais le garage. je me souvient une fois avoir répondu à mon père à la question "tu veux être quoi plus tard ? -Un garçon !"
Et maintenant en grandissant, je me rend compte quand dans le lycée, une grande majorité (pas toutes heureusement) de filles se maquillent, ont un sac à main comme sac de cours, mettent des jupes et robes et décolletés dès que possible alors que moi, mon sac à dos, les cernes pas cachées, les fringues de mecs bien trop grandes et les pantalons même en été, ça colle pas. Il y a d'autres filles qui sont comme moi et qui pour autant ne sont pas trans ou ne se considèrent pas comme des mecs, qui au contraire se considèrent des "vraies" filles même si elles ne respectent pas les clichés de la majorité.

J'ai l'impression qu'il y a quelque chose qui ne va pas avec moi là dessus. Peut-être que c'est ce que ma mère voulait me faire croire et a réussi à me faire croire, mais j'ai l'impression que quoi que je fasse, même si je suis en robe et maquillée je serait toujours moins féminine que la fille négligée en jogging. En plus, quand je m'habille "en fille" je me sens mal à l'aise, comme si j'étais déguisée. Je ne supporte pas d'avoir un décolleté, même léger parce que j'ai l'impression d'être "indécente" et que sur moi ça marche pas, j'ai pas assez de poitrine pour être belle et féminine comme je "devrais" être.

Maintenant, sur internet surtout je fait des tests. je sais qu'IRL j'ai un très mauvais passing et on ne se demande pas si je suis une fille ou un mec, la réponse est évidente au premier regard, mais j'ai quelques photos de moi où je ressemble vraiment à un mec, et j'arrive à me faire passer pour un mec, même si c'est pas ce que, encore une fois "devrait" être.
Et dans les faits, même si ça me fait bizarre d'utiliser un prénom de mec et qu'on parle de moi au masculin (ou parler de moi au masculin), j'ai l'impression que j'aime bien. (il faut savoir que j'ai énormément de mal à changer une habitude, bonne ou mauvaise)

J'ai juste l'impression d'être complétement perdu.e. je sais pas qui je suis, qui je "devrait" être. Si je suis trans, je sais que je ne pourrais jamais rendre ma mère fière de moi en étant une gentille fille bien féminine, et je décevrais sûrement mon père qui a déjà deux autres fils (je suis la seule fille). Pareil pour mes amis, j'ai des amis lgbt-phobe et/ou très religieux et j'ai peur qu'ils ne comprennent pas ou s'en servent contre moi... Je suis même pas sûr d'être trans, mais j'imagine déjà le pire.

Je ne sais même pas ce que j'attends vraiment de vous en postant ce pavé, et je sais même pas si vous pourrez m'aider. Mais j'ai envie de dire que je me serais jamais demandé si j'étais trans ou pas sans raison de douter, on se pose rarement des question du genre sans raison du jour au lendemain je pense.

Mais si vous pouvez faire quoi que ce soit pour moi, ou m'aider à m'orienter, je prend tout conseil.

Merci d'avoir lu.

~Moony-Shanks (Adam)

Avatar du membre
Gabesael
Gravier
Gravier
Messages : 7
Enregistré le : 19 avr. 2019 02:41
Localisation : Aix-en-Provence
Situation : Trans
Genre : Homme
Pronoms : Il

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par Gabesael » 22 avr. 2019 02:04

Coucou Adams !

J'ai lu évidement ce que tu as marqué et t'en fais pas je te comprends en tout point (la mère qui bash sur ta féminité, le fait d'être la seule "fille" des trois enfants, etc). Mais saches qu'il n'y a que toi qui peut vraiment savoir qui tu es, personne ne pourra venir te dire "félicitations tu es trans !" Et je pense que tu le sais. :)

Mais justement c'est là que tu peux essayer des choses, si tu te sens bien en étant "Adams" alors expérimente. Crois-moi le fait de devenir un homme ne va pas empêcher les transphobes/lgbt-phobes d'agir, tu devra peut-être confronter des hommes cis qui font preuve de masculinité toxique. (Genre "si t'es vraiment un homme alors fais ça/prouves-le")

Tu es encore jeune, tu peux continuer d'y réfléchir. Je suis pas bien plus vieux que toi et c'est tout ce que je peux te conseiller, n'hésite pas à essayer des choses qui pourraient t'aiguiller sur le chemin que tu veux emprunter.
[Dessinateur à temps perdus] - [Etudiant en quête de savoir] - [Bouffeur de sushis professionnel]

Avatar du membre
Moony-Shanks
Gravier
Gravier
Messages : 11
Enregistré le : 21 avr. 2019 18:14
Localisation : Vosges
Situation : En questionnement
Genre : Féminin
Pronoms : Il
Contact :

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par Moony-Shanks » 22 avr. 2019 11:17

C'est ce que je fait, pour le moment je fait des tests, j'essaye de voir jusqu'où je peux pousser la limite. Si pour le moment par exemple je dit sur des sites que je suis un homme trans, mon but serait par exemple de réussir à passer pour un mec cis sans que les gens ne se posent de question. Internet est à la fois bien pour se faire passer pour quelqu'un d'autre, mais c'est aussi son défaut et n'importe qui pourrait être un pervers.

Mais j'ai aussi l'impression que la plupart des trans à qui je parle ont un très forte dysphorie, et j'ai pas l'impression de vraiment en avoir. J'aime pas mon corps, mais pas parce qu'il est féminin, juste parce que je sais que par exemple j'ai des kilos à perdre, ça rentre pas dans la dysphorie de genre pas exemple. J'ai jamais vraiment fait de crises de dysphorie violente où j'aurais voulu par exemple "m'arracher les seins à main nue pour en être débarrassé" (je cite quelqu'un qui m'a déjà dit ça)

Ça me donne l'impression que mon questionnement quelque part n'est pas légitime, parce que j'ai pas vraiment de problème avec mon corps, juste mon mental.

La masculinité toxique je connais, j'ai été une part de la "fierté masculine mal placée" quand j'avais 13ans, c'est à dire pas de sentiments, être fort, ne pas se plaindre, ne pas hésiter à se battre, passer pour "un homme un vrai" et c'était pas glorieux. C'est bizarre de se dire qu'une fille de 13ans a été à fond dans la fierté masculine mal placée mais bon :')

Max804
Pierre moussue
Pierre moussue
Messages : 297
Enregistré le : 22 sept. 2018 16:36
Situation : Trans
Pronoms : il
Chirurgie du torse : Oui

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par Max804 » 22 avr. 2019 11:22

Salut,
Il y a plusieurs choses à distinguer il me semble.
- les remarques de ta mère et les craintes des gens lgbt phobes: même pour qqun de cis het ces remarques et les discours lgbt phobes sont toxiques dans les normes qu'ils véhiculent, comme tu le dis tu peux être comme tu veux l'important étant de te sentir bien qq soit les discours de ce type d'entourage.
- comment toi tu te sens bien: si tu n'aimes pas les décolletés ne te force pas ;) et donc tu peux tester ce qui te fais plaisir (sur internet aussi donc) même si c'est bizarre le passage au masculin parce qu'on n'a pas l'habitude au départ
- enfin comment tu te projette dans un avenir plus ou moins proche. Comment tu te vois si tu essaies de t'imaginer dans qq années (de manière totalement libre sans pensée aux contraintes que ça pourrait impliquer ou aux remarques de ton entourage)..
En distinguant ces trois points et en cherchant ce qui te fais te sentir mieux toi (peu importe l'étiquette finalement), tu peux cheminer doucement vers des réponses...
Et c'est pas un critère de légitimité la disphorie par rapport au physique ;)
Chacun son ressenti par rapport à son corps et chacun son parcours. Ce n'est pas parce que tu n'aurai pas de crise de disphorie que tu ne serais pas un mec trans.
Prends le temps de faire tes tests et puis aussi d'échanger ici ou ailleurs et tu verras.

Avatar du membre
Ruru
Gravier
Gravier
Messages : 43
Enregistré le : 07 avr. 2019 17:06
Localisation : Fontainebleau
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par Ruru » 22 avr. 2019 11:27

Il y a des personnes trans sans dysphorie vis à vis de leur corps, ce n'est pas une obligation pour être valide :V

Et pour la masculinité toxique dis toi que quand j'avais 10 ans j'étais très fier de raconter à ma famille que j'avais donné un coup de poing à une copine, et je m'identifiais encore comme une fille, mais j'adorais recevoir les compliments habituellement réservés aux gars ^^"

Avatar du membre
Moony-Shanks
Gravier
Gravier
Messages : 11
Enregistré le : 21 avr. 2019 18:14
Localisation : Vosges
Situation : En questionnement
Genre : Féminin
Pronoms : Il
Contact :

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par Moony-Shanks » 22 avr. 2019 11:47

Il faudra que je voit tout cas, sans me précipiter. Si je fait un coming out à tous mes amis maintenant pour après revenir en arrière, ça servirais pas à grand chose.
J'ai parlé à un ami du fait que je pourrais être trans, il l'a bien pris, en tout cas n'a pas fait de remarques négatives. Je lui ai aussi fait promettre de pas en parler à nos autres amis parce que je préfère que certaines personnes (mon ex, ma pote religieuse et mon pote homophobe/lgbt-phobe) ne soient pas au courant, en tout cas pas tant que je suis pas sûr d'être trans ou pas.

J'ai aussi souvent l'impression que les trans que je connais ont toujours su qu'ils étaient trans, sans vraiment douter et du coup moi ça me fait douter, j'arrive pas à être sûr de moi. Un ami savait qu'il était trans depuis l'âge de 12ans, mais moi à 12ans jamais je me serais posé la question, à l'âge là j'étais une fille parce que c'est comme ça que je suis né, et j'ai pas le "choix" ou le droit de choisir parce que de toute façon, pour moi j'étais née comme ça et je pourrais pas le changer.

Mais maintenant que je "découvre" tout ce qui est autour de la chirurgie et des hormones, mon côté qui aime la science déjà trouve ça génial que la science soit arrivée là, et je me demande par exemple, ce à quoi je pourrais ressembler si j'étais né homme/si je commençais à prendre des hormones, à quel point mon corps pourrais être changé.
Ça fait kikoo, mais en vrai ne pas avoir de poitrine, ça a l'air trop bien, pas forcément pour l'esthétique, mais surtout pour le côté pratique : la lingerie c'est cher, les mecs peuvent se mettre torse nus mais une fille en soutif c'est indécent, en plus une poitrine un peu trop imposante, ça rebondit, c'est lourd et ça fait mal quand on court... ce genre de choses.

Avatar du membre
Ruru
Gravier
Gravier
Messages : 43
Enregistré le : 07 avr. 2019 17:06
Localisation : Fontainebleau
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : Il
Suivi psy : Oui

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par Ruru » 22 avr. 2019 12:05

Il n'y a pas non plus obligation de "savoir" depuis le début, certains le réalisent très tard !
Je peux pas résister à l'envie de repartager une énième fois cette vidéo :
Ce n'est pas une compétition : https://youtu.be/IzT3fTR5WXU
Il y a en plein d'autres qui parlent de ce sujet mais je trouve que celle-ci résume bien le sujet :D
En gros : il y a toutes sortes de personnes trans comme il y a toutes sortes de personnes cis.

EDIT : Après tu fais bien de tester un peu avant de faire des CO à tout va, surtout auprès des parents qui ont des tendances tatillons à ce sujet ^^"

Avatar du membre
Moony-Shanks
Gravier
Gravier
Messages : 11
Enregistré le : 21 avr. 2019 18:14
Localisation : Vosges
Situation : En questionnement
Genre : Féminin
Pronoms : Il
Contact :

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par Moony-Shanks » 22 avr. 2019 12:25

Je viens d'aller voir la vidéo, c'était très intéressant de voir que oui, tout le monde n'a pas à savoir dès qu'il a l'âge de penser qu'il est déjà trans ou cis à 100% pour toute la vie
C'est parce parce qu'un homme "un vrai" aime le rose qu'il est une femme trans qui s'ignore, il a le droit d'aimer la couleur si il veut

Oui j'évite de faire des co à tout le monde, parce que je sais que je suis du genre à énormément changer d'avis et douter, je me vois mal leur annoncer que je suis trans, ah bah en fait non jsuis cis, ah bah finalement jsuis trans quand même etc etc, ça serait encore plus compliqué que de l'expliquer une fois :')

swann85
Gravier
Gravier
Messages : 2
Enregistré le : 04 mai 2019 10:28
Situation : Trans
Genre : Homme FtM
Pronoms : il

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par swann85 » 04 mai 2019 23:18

Coucou,
Alors ton pave comme tu dis est tres interessant.

Alors deja pour te "rassurer", je suis trans (pas encore hormone), j'ai eu des signes enormes depuis toujours sans (vouloir) les voir, je ne me posais meme pas la question, comme toi, j'etais une fille, c'etait un fait etabli point. Me suis interroge y a un an sur la question serieusement, puis comme ca me faisait des noeuds au cerveau j'en ai eu marre et j'ai mis totalement de cote. Jusqu'a avoir THE declic, comme ca, sans prevenir, a 33 ans, suite a une phrase toute bete lue sur facebook, bref...

Donc tu vois deja c'est pas tout le monde qui s'en rend compte des 8 ans en effet, ca depend d'enormement de facteurs personnels et surtout environnementaux.
Ensuite, je n'ai pas de dysphorie a proprement parle. Il me manque un penis, c'est clair et net depuis toujours. Je n'aime pas mon sexe feminin (je le trouve pathetique !) mais je me contente de ne pas y penser et je le remercie qd meme pour le plaisir qu'il me donne parce-que j'ai une sacree libido ! Mais puree le penis me manque depuis vraiment la petite enfance ! Ma poitrine, pourtant imposante, m'indiffere, je ne la hais pas mais ne la calcule pas, elle me fait juste tres chier qd je m'habille mec mais qu'on la voit qd meme la, la vraiment ca me fout les boules !

Par contre, la partie de mon corps que j'adore c'est mon gros ventre bien rond, qui pourtant est la partie la plus detestee par les femmes mais qui moi me plait grave, me fait me sentir mec et "chou" a la fois.

Dans tous les cas, comme tu peux le voir, je ne suis pas dysphorique comme tous ceux qui ont envie limite de s'arracher leurs parties de corps quoi, et ils sont nombreux oui !

Ensuite, pour t'aider dans ton "cheminement", voici quelques questions que tu connais peut-etre deja, mais qui je trouve peuvent etre vraiment efficaces :

"Si demain, tu avais une injection qui te rendait homme pour toute la vie, sans possibilite de retour en arriere, et que cela ne derangeait personne de ton entourage et de la societe, la ferais-tu ?"

"Si demain tu avais une injection qui te rendait homme, mais que tu avais la possibilite de revenir en arriere, faire des allers-retours quand ca te chante, toujours sans que cela ne derange tes proches et ta societe, le ferais-tu?"

Si tu dis oui aux 2, pour quelle question le OUI est encore plus grand ?

swann85
Gravier
Gravier
Messages : 2
Enregistré le : 04 mai 2019 10:28
Situation : Trans
Genre : Homme FtM
Pronoms : il

Re: Qui suis-je, où vais-je ?

Message par swann85 » 04 mai 2019 23:18

Coucou,
Alors ton pave comme tu dis est tres interessant.

Alors deja pour te "rassurer", je suis trans (pas encore hormone), j'ai eu des signes enormes depuis toujours sans (vouloir) les voir, je ne me posais meme pas la question, comme toi, j'etais une fille, c'etait un fait etabli point. Me suis interroge y a un an sur la question serieusement, puis comme ca me faisait des noeuds au cerveau j'en ai eu marre et j'ai mis totalement de cote. Jusqu'a avoir THE declic, comme ca, sans prevenir, a 33 ans, suite a une phrase toute bete lue sur facebook, bref...

Donc tu vois deja c'est pas tout le monde qui s'en rend compte des 8 ans en effet, ca depend d'enormement de facteurs personnels et surtout environnementaux.
Ensuite, je n'ai pas de dysphorie a proprement parle. Il me manque un penis, c'est clair et net depuis toujours. Je n'aime pas mon sexe feminin (je le trouve pathetique !) mais je me contente de ne pas y penser et je le remercie qd meme pour le plaisir qu'il me donne parce-que j'ai une sacree libido ! Mais puree le penis me manque depuis vraiment la petite enfance ! Ma poitrine, pourtant imposante, m'indiffere, je ne la hais pas mais ne la calcule pas, elle me fait juste tres chier qd je m'habille mec mais qu'on la voit qd meme la, la vraiment ca me fout les boules !

Par contre, la partie de mon corps que j'adore c'est mon gros ventre bien rond, qui pourtant est la partie la plus detestee par les femmes mais qui moi me plait grave, me fait me sentir mec et "chou" a la fois.

Dans tous les cas, comme tu peux le voir, je ne suis pas dysphorique comme tous ceux qui ont envie limite de s'arracher leurs parties de corps quoi, et ils sont nombreux oui !

Ensuite, pour t'aider dans ton "cheminement", voici quelques questions que tu connais peut-etre deja, mais qui je trouve peuvent etre vraiment efficaces :

"Si demain, tu avais une injection qui te rendait homme pour toute la vie, sans possibilite de retour en arriere, et que cela ne derangeait personne de ton entourage et de la societe, la ferais-tu ?"

"Si demain tu avais une injection qui te rendait homme, mais que tu avais la possibilite de revenir en arriere, faire des allers-retours quand ca te chante, toujours sans que cela ne derange tes proches et ta societe, le ferais-tu?"

Si tu dis oui aux 2, pour quelle question le OUI est encore plus grand ?

Répondre