Projet parental, relation compliquée

Être parent et trans
Répondre
julienh
Gravier
Gravier
Messages : 19
Enregistré le : 20 août 2018 12:55
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il

Projet parental, relation compliquée

Message par julienh » 26 mai 2019 14:14

Tout d'abord, je dois vous prévenir, je vais probablement écrire un pavé. Il y a beaucoup de choses qui me travaillent en ce moment, et j'ai besoin de tout bien poser à plat, je profite donc de l'anonymat de ce forum :) Et puis pourquoi pas avoir vos avis ou vos retour d'expériences sur la parentalité en tant que mec trans, peut-être que ça me permettrait d'y voir plus clair...


Pour commencer, mon envie d'être parent.

Je n'ai jamais voulu avoir d'enfant. Perçu comme une fille les 3/4 de ma vie, j'ai évidement ressentit et vécu les pressions explicite et tacite à être mère. Les femmes doivent être mères, pour mon entourage familial et scolaire, ça tombait sous le sens.

Avant l'adolescence, les pressions ont été très fortes et à chaque fois que je disais ne pas vouloir d'enfant, on me répondait que je changerai d'avis. Comme pour beaucoup de personnes perçues femmes, en somme. Lors de mon CO lesbien (vers 18 ans), une des première chose que m'a dite m'a tante c'est que ça ne m'empêcherai pas d'avoir des enfants, maintenant c'était possible même pour "les gens comme moi"...

Entre mes 20 et mes 27 ans, j'ai été en couple avec une fille, c'était sérieux, on a parlé d'éventuellement avoir des enfants. Mais on était jeune (elle presque 3 ans de moins que moi), elle ne ressentait pas l'envie d'être mère, moi non plus, on était étudiant(e)s, on avait le temps, rien n'a été concret. On laissait la possibilité ouverte. Mais je ressentais une gêne que j'avais du mal à définir vis à vis de mon envie parentale ou non.
Cependant, on a projeté beaucoup de chose, pourquoi pas un mariage, de vieillir ensemble, etc. Les trucs des relations sérieuses quoi.

Puis on s'est séparé.

L'an passé (28 ans), après 15-20 ans de doutes sur mon genre (exemple concret que parfois c'est long :) ), j’accepte d'être un garçon trans. Ça c'est moi aujourd'hui, qui a lancé les démarches sociales et médicales, qui se sent bien en tant qu'homme.

Et la question de la parentalité vient me titillée de plus en plus.
Ça à commencé un peu avant de me faire mon CO trans à moi-même, et depuis ça ne cesse d'être là. Surtout que bon, après la rupture, je me suis quand même dit que j'approchais la trentaine et que si je me remettais en couple, il y avait statistiquement des chances que cette personne ait des enfants, il a bien fallut que je m'interroge un peu là dessus.

Entre 27 ans et 29 ans (aujourd'hui), je me remets donc de ma rupture, je change de vie, je panse mes plaies, je réalise que je ne supporterais pas d'être à nouveau "la copine" de quelqu'un, admets être un homme, commence ma transition, change de carrière pro, et réalise que ce qui m'a bloqué pendant des années, cette gêne face à la parentalité, ne vient pas tant du fait que je ne veuille pas d'enfant, mais que je n'ai jamais voulu être mère. Que rien que l'idée (même sans être la personne qui porte l'enfant, même en adoptant), me crée une importante dysphorie. Mais - épiphanie - je veux bien être père...


En parallèle, je débute une relation avec une fille. C'est un peu compliqué, nous ne sommes pas en couple, mais nos ami.es ne voient pas la différence avec un couple. Disons que nous passons des week-end ensemble, on voyage, on sort, on a des relations intimes, mais psychologiquement il y a un certain confort à ne pas être vraiment en couple. C'est doux comme relation.
Perso, ça me fait du bien. Avant ma relation de 7 ans, j'ai vécu une autre relation un peu longue (2 ans et demi) et là prendre son temps, se sentir libre quand même, c'est chouette. Ça marche bien, on a une bonne dynamique.
De son côté, c'est un peu la même. Elle a vécu une relation longue (8 ans) avec un garçon (cis) et où ils projetaient toute leur vie ensemble. Ça n'a pas marché mais le deuil de tout ça est forcément dur à faire, et l'engagement fait peur derrière (et je le comprends d'autant plus que j'ai vécu un peu la même chose).

Y a le côté transition aussi, forcément. Elle est bie mais n'a jamais été en relation sérieuse avec une fille. Je lui ai fait mon CO trans avant qu'il ne se passe quoi que ce soit, et ça a toujours été OK. Elle me genre toujours bien, me présente toujours comme un garçon, même quand mon passing n'est pas ouf, me back up quand je ne suis pas sûr de moi, elle est super. Bien sûr, les changement physiques qui vont m'arriver lui font un peu peur, à moi aussi, et je crois qu'il y a de ça dans la distance qu'on laisse entre nous.
Ce qu'on a c'est joli, c'est bien, mais c'est fragile (je crois qu'on est encore un peu tous les deux dans l'idée que si des relations de 7 ou 8 ans peuvent s'arrêter définitivement, tout est fragile, c'est un peu effrayant :) )

On prend le temps.


Et hop, je reviens à la partie enfant, car c'est un peu le sujet :D
Elle a envie d'avoir un ou des enfants, mais s'est quelque par résigné à ne pas en avoir. Parce qu'elle ne se voit pas à nouveau dans une relation sérieuse comme elle a pu avoir, parce que son enfance a pas été ouf et n'a pas envie de risquer de faire subir ça à un mini être humain, parce que plein de raison. Mais le désir est là.
Elle flippe, parce qu'elle a 31 ans et a peur de ne plus avoir le temps d'en avoir, si jamais.
Surtout dans cette relation avec moi qui n'en est pas vraiment une. Pour le coup, j'ai très conscience de ce que je ne peux pas lui apporter qu'un mec cis peut. Puis bon, après je me rappel que des mecs cis stériles existent, que c'est comme ça, qu'ils ne valent pas moins que les autres et que moi non plus. Mais c'est un peu pesant.

Ni l'un ni l'autre ne pensions que ce nous un peu étrange tiendrait si longtemps, à vrai dire. On pariait sur quelques semaines, ça fait plus d'un an...

Du coup, le sujet des enfants est un peu tabou. Nous n'en parlons pas.

Mais moi, depuis avoir réalisé être un garçon il y a un an et demi, j'ai beaucoup évolué. Ça me dirait vraiment être père.
Il y a quand même quelques freins. D'une part, les difficultés pour l'être en tant que mec trans m'effraient. Je n'ai aucun modèle d'homme trans, dans une relation hétéro, qui a eu des enfants, je ne sais donc pas trop où je vais...
Et dans un second temps, est-ce que j'ai envie de faire vivre ce parcours du combattant avec maon partenaire ?
J'essaie de ne pas trop me projeter avec la personne avec qui je suis plus ou moins actuellement, et de profiter du moment. Mais d'un autre côté, un projet familial ça se prépare. Je me demande si nous ne devrions pas mettre un terme à ce qu'il y a entre nous. Qu'elle puisse trouver un garçons cis avec qui créer et projeter ce projet, plus facilement. Et de mon côté me poser un peu et aussi trouver quelqu'un pour qui ça sera plus simple d'envisager de fonder une famille avec un garçon trans.

Car elle ne projette pas vraiment d'avoir des enfants en dehors du schéma traditionnel. A cause des difficultés de ces parcours. Je peux tout à fait le comprendre. Pour moi c'est plus simple. Ce sont déjà des choses que j'avais envisagé quand j'étais dans des relations "lesbiennes". C'est une réalité beaucoup plus concrète pour moi. Et je suis assez bien renseigné, du coup.

Et je panique un peu, parce que, bon, je ne voudrais pas être la personne qui la retiens, et que comme elle a déjà 31 ans, elle ne puisse avoir des enfants parce qu'elle est trop restée avec moi.

Mais l'idée de ne plus avoir ce qu'on a me brise le cœur. C'est un peu le bazar dans ma tête et dans mon cœur en ce moment.

Tigreto
Caillou
Caillou
Messages : 98
Enregistré le : 08 oct. 2018 14:30
Localisation : Paris
Situation : Trans
Genre : Masculin
Pronoms : il
Suivi psy : Oui

Re: Projet parental, relation compliquée

Message par Tigreto » 28 mai 2019 15:24

J'ai deux enfants de l'époque où j'ai "essayé" d'être une femme. Je suis "un maman", je suis leur mère, et masculin. Ca fait des trucs rigolos des fois, et ça ne leur pose pas de problème, beaucoup moins en tout cas qu'aux adultes qui les entourent (enseignants, animateurs, etc).

Ensuite j'ai compris qu'en fait je m'étais conformé à la norme et que je ne voulais pas de gosse, en tout cas pas comme mère. Mais trop tard. Ca veut pas dire que je ne les aime pas ou que je les renie, juste que parfois j'ai peut-être une relation plus distante. Mais comme leur père est étouffant, je pense que ça fait une bonne balance...

Avec mon CO, j'ai réalisé que je ne voulais pas être mère, mais que père, ça ne me dérangerait pas. Ma fiancée veut des mômes. Je culpabilise à l'idée qu'elle morfle pendant un processus de PMA, et en même temps, je crois que je serais content d'avoir un môme avec elle... Je pense que je me sentirai père, vraiment. Mais c'est une longue histoire qui ne fait que commencer !

Bon courage à toi...

Avatar du membre
Raph
Galet
Galet
Messages : 158
Enregistré le : 14 nov. 2016 13:05
Localisation : Rennes
Situation : Trans
Pronoms : Il
Hormoné : Oui
Chirurgie du torse : Oui
Hystérectomie : Oui
État civil : Oui
Contact :

Re: Projet parental, relation compliquée

Message par Raph » 24 juin 2019 19:03

Salut,

C'est difficile de te répondre, le seul conseil pertinent que je vois à te donner c'est : parlez-en ! J'ai l'impression que tu pré-supposes de ce que ton amie a besoin pour être heureuse et à mon avis c'est assez compliqué de faire ça, peut-être qu'elle a changé d'avis, peut-être qu'elle n'est pas au courant de comment se passerait par exemple un parcours de PMA (en France, si tu as changé d'état civil et que ton amie porte l'enfant, c'est possible, ce n'est pas obligatoire d'aller à l'étranger), enfin bref, sans une discussion où vous mettriez honnêtement à plat ce que vous voulez chacun, ça me semble difficile d'avancer.

Bon courage avec tout ça !

julienh
Gravier
Gravier
Messages : 19
Enregistré le : 20 août 2018 12:55
Situation : Trans
Genre : masculin
Pronoms : il

Re: Projet parental, relation compliquée

Message par julienh » 09 juil. 2019 08:38

Hey, désolé pour le temps de réponse, mon mois de juin a été un peu... sportif !

Dans tous les cas, merci à vous pour vous réponses, ça m'a fait beaucoup de bien de vous lire.

Effectivement Raph, je me suis pas mal monté la tête tout seul, et que je pré-suppose plein de choses. Nous n'avons pas vraiment eu de grades discussions depuis mon message, mais j'ai réussi à prendre du recul et à soufflé un peu à ce sujet. Je pense qu'on va en parler bientôt et pour l'instant je suis plus détendu par rapport à ça, c'est plus tranquille pour notre relation :)
Je n'étais pas sûr que si mon état civil était changé, une PMA pouvait se faire en France. Tu sais si c'est fréquent comme démarche ? Je n'en ai jamais eu d'échos (en même temps, je ne me suis jamais trop renseigner de ce côté là jusqu'à maintenant, je vais regarder ça).

Bon courage à toi aussi Tigreto avec ta fiancée et pour cette aventure qui commencera peut-être

En tout cas encore merci à vous, vos interventions me sont d'un fort soutien

Répondre